Archives mensuelles : novembre 2015

Le ruban word du Cartable Fantastique

Les modèles proposés ici permettent d’ajouter des onglets au ruban de word.
Dans ces onglets se trouvent des boutons qui par simple clic permettent de mettre rapidement un texte en forme, poser une opération, créer un tableau de conversion, insérer automatiquement la date ou un titre, lire un texte à haute voix etc.
L’objectif que nous poursuivons, est de fournir aux élèves à partir du CM1, des outils conçus pour eux. Avant de vous être proposés, tous ces outils ont été testés par les enfants du cartable fantastique en situation classe.
En parallèle, nous mettons à la disposition des personnes (enseignants, parents, AVS, ergothérapeutes etc….) qui adaptent, des modèles « Adaptateur » regroupant tous les outils des barres « Élèves primaire », plus quelques outils supplémentaires permettant de créer des textes à trous destinés à être imprimés par exemple.

http://www.cartablefantastique.fr/Outils/GreenMod%C3%A8lesWord

Adapter une évaluation en mathématiques (5ème) pour des élèves dyslexiques

Des conseils pour contourner les difficultés de lecture, pour contourner les difficultés en production écrite et pallier la lenteur dans les différentes tâches,  pour contourner les difficultés de mémorisation,  pour contourner les difficultés de mémorisation, pour pallier les difficultés de concentration, la fatigue et la lenteur.
En cliquant sur le lien suivant:
http://www.pedagogie.ac-nantes.fr/handicap-et-scolarite/ressources-pedagogiques/adapter-une-evaluation-en-mathematiques-5eme-pour-des-eleves-dyslexiques-682514.kjsp?RH=1348385167903

Les  » dys  » condamnés au banc de touche ?

Autour du docteur Alain Pouhet, Liliane Baraton, présidente de Dyspraxie France Dys79 et Patrick Machet, président du comité départemental olympique et sportif, à l'initiative de cette conférence, avec la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations. - Autour du docteur Alain Pouhet, Liliane Baraton, présidente de Dyspraxie France Dys79 et Patrick Machet, président du comité départemental olympique et sportif, à l'initiative de cette conférence, avec la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations.Autour du docteur Alain Pouhet, Liliane Baraton, présidente de Dyspraxie France Dys79 et Patrick Machet, président du comité départemental olympique et sportif, à l’initiative de cette conférence, avec la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations.

Pas simple d’attraper un ballon ou de respecter la règle du hors-jeu lorsque l’on est un enfant “ dys ”. Décryptage avec Alain Pouhet, médecin spécialiste.

 Agité, maladroit, perturbe le groupe, n’applique pas les consignes : l’enfant « dys » peut rapidement devenir le cauchemar d’un prof de sport. Et se dégoûter lui-même de toute activité. Comment permettre aux jeunes souffrant de ces troubles d’être mieux intégrés à l’école et dans les clubs ?
Décryptage avec le Poitevin Alain Pouhet, invité d’une conférence organisée par le CDOS79, la DFD79 et la DDSCPP, la semaine dernière à Niort. Médecin spécialiste des troubles dys, il forme aujourd’hui les adultes, essentiellement des enseignants, à la neuropsychologie infantile.

Les troubles dys sont souvent décrits comme des handicaps invisibles. Comment dès lors les repérer ?

« En réalité, ils ne sont pas si invisibles que ça. Lorsque ces enfants ne savent pas parler, pas lire, pas écrire un mot en français ou qu’ils sont maladroits comme ce n’est pas possible, il s’agit-là de symptômes qui se voient, comme toujours en médecine. Ce qui est invisible, c’est la cause. »

Quelles conséquences engendrent ces troubles dans la pratique d’un sport ?

« Comprendre et appliquer une consigne peut s’avérer compliqué. La problématique spatiale, lors d’une règle de hors-jeu par exemple, peut poser problème. De même que leur maladresse et leur manque d’attention peuvent handicaper ces enfants parce que le sport est régi par beaucoup de règles. »

Le comportement de l’enfant peut-il dès lors être mal interprété par l’adulte ?

« Oui, s’il ne comprend pas, on va croire qu’il est déficient. S’il est maladroit, qu’il y met de la mauvaise volonté. Et s’il y a bien une chose que les éducateurs ne voient pas, ce sont les moqueries dont font preuve tous les enfants dys. Toujours choisis les derniers dans les équipes, maladroits, ils ont alors envie de tout arrêter. »

Faut-il renoncer à certaines activités ?

« Mon avis est qu’il n’y a pas de sport inadapté, à condition que l’éducateur comprenne la problématique de ces enfants et qu’il n’ait pas d’a priori. Parce qu’on en a tous dans la vie, c’est humain. Or, le gamin qui bouge tout le temps et qui n’écoute rien, c’est énervant ! Surtout dans le cadre d’une activité sportive qui est un exercice très codifié. L’enjeu, c’est que les enseignants aient une lecture qui va au-delà du simple «  Il fait ça pour m’embêter, il est fainéant, il n’y met pas du sien.  » Et ne pas tomber dans la facilité de l’exemption. »

Les dys peuvent-ils devenir des champions dans leur discipline ?

« Dans le sport individuel, certains vont très loin, parce qu’ils ont choisi leur activité, qu’ils sont motivés, et qu’il n’y a pas le regard des autres. Je connais un dyspraxique très bon au tennis de table, ce qui, a priori, peut paraître paradoxal. De même que les TDAH sont de très bons coureurs automobiles et de très bons anesthésistes ou médecins de crise ! Des métiers où ils sont obligés de prendre des décisions très rapidement peuvent nourrir leur hyperactivité. »

nr.niort@nrco.fr

la phrase

« Il y a un défaut dans la formation initiale des professeurs. »

Depuis un an, l’association DFD79 (Dyspraxie France Dys), le comité départemental olympique et sportif (CDOS79) et la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) travaille sur la problématique d’une meilleure accessibilité des activités sportives et de loisirs pour les personnes porteuses de handicaps. A l’échelle nationale, l’association DFD a entamé une collaboration avec la Fédération française handisport, dans l’espoir de mettre en lumière les dys et d’intégrer dans la formation initiale des éducateurs délivrée par le Creps un module spécifique à ces troubles. « Afin que les éducateurs sportifs soient formés aux différentes situations », commente Liliane Baraton, présidente de DFD79.

repères

> On estime qu’un enfant par classe souffre de trouble dys en France. On regroupe sous troubles « dys » les troubles cognitifs spécifiques et les troubles des apprentissages qu’ils induisent, comme la dyslexie (trouble du langage écrit, pour lire ou retranscrire), la dysphasie (trouble du langage oral, pour parler ou pour comprendre) ou encore la dyspraxie (trouble des gestes).
> Les enfants et adolescents souffrant de trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ont du mal à terminer une tâche et à rester en place et ont tendance à interrompre les activités des autres. 3,5 à 5,6 % des enfants scolarisés souffriraient de TDAH en France (*).

(*) Source : Haute autorité de santé, février 2015.

Propos recueillis par Nolwenn Pareige

« La Nouvelle République.fr »

Dyslexie : 10 astuces pour qu’il surmonte ses difficultés de lecture Pour en savoir plus : Dyslexie et difficultés de lecture – Magicmaman.com

Un enfant dyslexique développe un trouble structurel du développement du langage écrit qui se manifeste par des difficultés à manipuler l’écriture et la lecture. Pour aider votre loulou à mieux appréhender un texte écrit et simplifier sa lecture, voici les 10 astuces d’Odille Golliet, auteure de « La dyslexie, prise en charge à l’école et à la maison » à appliquer au quotidien…..

Suite en cliquant sur le lien:  http://www.magicmaman.com/,enfant-dyslexique-10-conseils-pour-simplifier-la-lecture-d-un-texte,352,2026752.asp

 

Odile Golliet

le livre

Vignette de l'image de couverture du livre « Dys/10, le parcours de mon enfant dyslexique »

  • Que faire lorsque l’enfant donne des signes d’inadaptation grave à l’école au point de poser la question d’une éventuelle dyslexie ?
  • À qui s’adresser ?
  • Qu’est-ce qu’un bilan ?

Un second

Vignette première de couverture du livre "L'anglais pour les Dys - Nouvelle édition" Méthode pour apprendre l’anglais pour les DYS

Cet ouvrage en un seul volume est le résultat du succès – dès leur parution- du tome 1 « La dyslexie, prise en charge à l’école et à la maison » et du tome 2 « L’anglais pour les dyslexiques » aux éditions Odile Golliet (septembre 2011).

et une méthode « English Phonopass »

Méthode interactive exclusive !

Pour apprendre la base des sons anglais, cette méthode avant-gardiste révolutionne l’apprentissage sur support tactile.

http://dys-coaching.com/