Confessions d’une psy : on peut être précoce/surdouée et survivre !

LE-POUVOIR-DES-MOTS

Jeune, je pensais que je ne vivrais pas au-delà de 28 ans, je n’arrivais pas, purement et simplement, à me projeter dans l’avenir, tellement j’étais émotive, farouche, écorchée vive, et tout était complexe, comme c’est souvent le cas pour les personnalités surdouées ou précoce, (ce que j’ai appris de bien longues années plus tard).

Etre précoce, surdoué et souffrir de sa différence

D’aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours sentie décalée, différente, et j’en ai longtemps souffert, ça n’est plus le cas. Un exemple parmi tant d’autre : je ne m’amusais pas aux fêtes, j’observais. Je ne participais pas, et je ne rigolais pas de ce qui faisait rire les autres, je ne comprenais même pas en quoi c’était censé être marrant, à savoir le plus souvent, de se moquer d’une personne. Je ressentais plutôt de la peine pour la personne moquée.
Comme beaucoup d’entre nous, en tant que personnalité précoce, j’ai souffert au départ du poids de ma différence, du regard des autres car je prenais un malin plaisir à me démarquer, et à provoquer. Ce jusqu’à ce que les différentes thérapies que j’ai suivies m’aient permises de réaliser que je pouvais décider que c’était aussi une chance, et légitime d’être différent. Vous êtes précoce ? Il y a une place pour vous dans cette société. Que vous soyez instable, émotif, impulsif, cynique, détaché pour moins souffrir d’être trop attaché à nos valeurs telles que l’altruisme et la solidarité, vous pouvez tirer de la fierté de votre différence en l’assumant, et ça s’apprend ! La société aime mettre les gens dans des cases bien précises et les personnes précoces ou surdouées ne supportent pas d’être mise dans une case et encore moins dans une cage.
Au départ, comme souvent quand on est précoce, on nous fait tellement sentir combien on est chiant à ne rien faire comme tout le monde, à poser des questions qui peuvent déranger, à avoir la bougeotte, à avoir besoin d’espace vital, à se mettre une pression pas possible, et à vouloir aider tout le monde, qu’on finit par le croire qu’on est chiant ! Ce sentiment de non-respect de notre différence nous fragilise … jusqu’à ce que notre estime ainsi que notre confiance en nous soient nourries et que nous réalisions que nous ne sommes pas des monstres, mais dignes, nous aussi, d’être aimables et reconnus; entre autre pour notre compétence. Alors, être précoce et surdoué, ca peut devenir une force.
Ce sentiment (si propre aux surdoués), que mes parents ne pouvaient pas être mes parents : je me sentais si différente d’eux ! A tel point que lorsqu’on me demandait d’ou je venais, je répondais : « de l’univers » Ou encore : « qui fréquentais tu adolescente » je réponds : « Robert, Robert and Collins » tellement je m’ennuyais chez mes parents et qu’étant en perpétuelle recherche d’apprentissage et de productivité, j’en arrivais à apprendre chaque mot du dictionnaire par cœur, page par page, soir après soir! Un truc de dingue !
De même, me sentant mal à l’aise avec le regard des autres, cela ne me gênait pas de ne pas être invitée. Au contraire, ca me rassurait car j’ai toujours été exclusive avec mon temps si précieux : j’étais une bucheuse, un petit rat de bibliothèque qui avalait tous les livres qu’elle trouvait, plus heureuse avec eux, qu’avec des êtres humains, car si un auteur peut être maladroit dans ses propos, cette maladresse est perçue de manière moins violente que des propos maladroits directement balancés au visage. Lorsque l’on est un handicapé de la sensibilité, le manque de délicatesse est vécue comme un coup de poing en pleine figure, enfin c’était au début … Maintenant je sais que la sensibilité ainsi que les émotions sont une force et j’ai appris que je n’ai pas à prendre la maladresse comme un crime de lèse majesté. De même, je relativise le manque de finesse, voir le coté « bulldozer » et égoïste, ainsi que le manque d’empathie au regard de la détérioration du patrimoine planétaire, et ce du au manque de lucidité quant aux méfaits causés par les consommateurs des produits générés par les lobbyings industriels alimentaires ou ceux de Big Pharma.

Le besoin viscéral d’agir des personnes précoces ou surdouées

Nous pouvons tous agir à notre niveau; si petit soit-il, pour une planète moins polluée ainsi qu’une meilleure entente entre les gens car la pollution n’est pas que dans l’air, la terre et la nourriture. Nos émotions peuvent aussi être du poison si on ne sait pas les diriger vers un objectif. La pollution peut donc aussi être émotionnelle intra et inter-personnelle. Comme Pierre Rabhi le dit très bien, (et c’est pourquoi le colibris est le nom de son association écologique à tout niveau) : le colibri, cet oiseau si petit soit-il fait sa part du boulot en portant dans sa bouche une goutte d’eau pour atteindre la foret qui brule, et c’est déjà très bien car il fait du mieux qu’il peut en fonction de ses capacités, comme vous aussi pouvez le faire.
Contrairement aux autres ados, je ne ressentais pas le besoin d’être à la mode. Mon truc c’était apprendre, découvrir, voyager, expérimenter, créer, agir, être perpétuellement en mouvement. Une fois que j’ai eu dévoré les livres des auteurs classiques dans ma langue maternelle, j’ai fais pareil dans la langue de Shakespeare et c’est comme ca que j’ai appris l’anglais, idem pour l’espagnol, et pour tant d’autre chose. Les personnalités précoces ont la capacité d’apprendre en autodidacte et peuvent clairement s’ennuyer grave si le rythme ne va pas assez vite.
On ne peut pas dire que nous soyons au tout départ armés pour la vie sur terre … Déjà on plane total, en étant très idéalistes et avec une nette tendance à l’altruisme « mère Theresa » ou « saint Bernard » à prendre le malheur des autres sur nos épaules, comme si nous n’étions pas déjà assez empêtrés avec nos propres affects. Le sentiment d’impuissance que ressentent ces personnes face à la souffrance des démunies, des animaux, du patrimoine humain et de la terre qu’on viole à coup de pesticide, est impressionnant. Pour la terre, j’ai fini par ne plus en souffrir et cela va vous faire relativiser aussi : elle était là bien avant nous et le sera aussi après. En effet, la terre a subit des périodes de glaciation, des chutes de météorites, des pluies acides, etc. A l’échelle du temps de la terre, nous sommes des microbes : la terre à 4,5 milliards d’années, nous 7 millions. Rassurez-vous : les bactéries survivront et la vie repartira, nous non peut-être, mais nous l’auront bien cherchés ! C’est pourquoi relativiser ne signifie pas dire ne rien faire ! Relativiser signifie prendre du recul vis à vis de sa souffrance. Cela permet ainsi de ne plus être embourbé dans son émotionnel et d’agir afin d’arrêter ce carnage contre la terre et les animaux qui la peuplent.

Etre précoce et surdoué c’est quoi encore ?

C’est comme si nos sens étaient en permanence trop éveillés, à tel point que l’on doit souvent prendre de quoi nous assommer pour dormir, tellement notre cerveau turbine en permanence. Donc une variation de température n’est pas ressentie de la même manière, et il en va ainsi d’un son, d’un goût…on peut d’ailleurs être synesthète. La synesthésie est la capacité à associer neurologiquement deux ou plusieurs sens, par exemple voir les chiffres ou les lettres en couleur. Le mot synesthésie vient du grec syn qui signifie avec (union), et aesthesis, qui signifie sensation. Il nous est déjà difficile de trouver un équilibre avec nos propres sens tellement ces derniers sont éveillés. Suivant les personnes, un ou plusieurs sens seront plus développés que la moyenne : l’ouie, l’odorat, la vue, le gouter, le toucher. D’où le fait que les surdoués ou les personnes précoces ont besoin d’apprendre à développer la tempérance, à prendre soin d’eux, à ne pas s’oublier au profit des autres, à mener une vie équilibrée et à acquérir les vertus de la patience, et à se protéger car leur sens sont plus éveillés, d’où leur plus grande sensibilité et sensorialité.
Autre caractéristique : les personnes précoces ressentent ce que les autres ressentent. Ca n’est pas de la lecture de pensée, c’est de l’hyper empathie. Le plus souvent, les personnalités surdouées et précoces ne le savent pas, et sont victimes de leur marginalisation. Elles peuvent souffrir de penser différemment et de leur hyper sensibilité, au point de vouloir mourir. A cause de leur sensibilité à fleur de peau, elles peuvent vouloir s’isoler. S’isoler physiquement, psychiquement, s’enfermer pour se protéger et fuir dans les paradis artificiels. A force d’être taxée d’irascible, d’hyper indépendante, d’hyper structurée des méninges, de supra organisée, d’hyper-polyvalente, de « pour toi c’est facile », de perfectionniste, de trop entière et impliquée, qui doute d’elle alors qu’elle a tout en elle, comme fonctionne les surdoués, je finissais parfois par ne plus supportée d’être étiquetée. Et tiens, comme c’est surprenant : nous avons un tel besoin de liberté, que les métiers de libéral ou d’indépendant nous vont bien: il ne nous est déjà pas facile de composer avec nos propres rythmes sujets aux variations de notre humeur changeante, aussi ca n’est pas facile de composer tout court avec les autres, hormis avec des personnes souples.

Un regard sur vous même plus positif

En France, on sur-valorise les diplômes, pourtant parfois on se demande si des personnes diplômées, réfléchissent avant de prendre des décisions que ce soit dans leur vie personnelle, sociale ou professionnelle, pour le moins déconcertantes. Le bon sens n’est pas inculqué dans le système scolaire actuel. Un jour, une personne m’a aidée. Cette personne n’a aucun diplôme, mais elle pouvait, connaissant bien la nature, prévoir le temps qu’il ferait sans regarder son smartphone. Cette personne, une paysanne à la retraite, douée et pleine de bon sens m’a aidée en prononçant une simple phrase. J’étais invitée chez elle, et alors, que je m’excusais d’avoir sommeil une fois de plus à cause des insomnies, elle m’a mise en confiance par ses mots: « Ne t’inquiète pas, et dis-toi : après moi le déluge ». Au début, je n’ai pas compris ce qu’elle voulait dire. L’ami qui m’accompagnait ce jour là (c’était sa belle maman) m’a expliqué : « Elle te dit de faire comme tu le sens, de te sentir libre de dire quand quelque chose te gène, et de te poser moins de questions vis à vis des autres. ». Merci Suzanne. Merci Pierre Rabhi. Merci Paul Watson. Merci Colline Serreau, ces gens qui font tant pour les autres, la terre et son patrimoine.
Vous pouvez vous aussi apprendre à vous parler de manière plus valorisante : « je suis comme je suis ! » , « je prends ma place », « je m’autorise à dire non, à refuser, à faire des demandes », « j’accepte les compliments que je n’ai pas l’impression de mériter, et je me sens bien avec ma différence, mon surdoument, ma précocité, ma dyssynchronicité, mon coté zèbre, rebel », peu importe la terminologie. Tout comme vous, j’ai traversé des moments de doutes et de découragements intenses. Comme certains, j’ai dû couper le cordon avec une famille toxique, et développer l’estime pour en arriver là : ne plus s’excuser d’être sur terre comme si l’on était tout le temps de trop, mais s’y sentir bien, jusqu’à comprendre que je pouvais faire de ma créativité et ma sensibilité une force.

Etre surdoué un plus pour les entreprises

Etre surdoué et précoce ne se résume pas au réducteur test de QI, ni a sauté des classes. Il serait plus que grand temps que le système scolaire change radicalement et prenne aussi en compte l’intelligence émotionnelle (QE) c’est à dire l’intelligence relationnelle, sociale, intra et inter-personnelle (avec soi-même et avec les autres). Vous êtes anxieux, perfectionniste ? Vous observez des détails que les autres survolent et ne voient pas ? Vous vous posez plus de questions que la moyenne ? Vous aimeriez que le tourbillon des idées se stoppe dans votre esprit ? Vous en prenez plein la tronche pour pas un rond avec les autres, et étant anxieux, vous vous imaginez avoir forcément blessé l’autre, avoir mal fait tel ou tel chose ? Vous savez quoi : Laissez tomber. Les autres ne se posent même pas la question. Vivez, gardez votre sourire innocent d’enfant, et cette capacité à vous émerveiller, sinon vous allez tomber dans une fondrière d’amertume. Vous êtes plus lucides sur ce qui ne va pas et une force pour la société et les entreprises qui ont besoin de personnes novatrices, avec des valeurs morales, qui s’impliquent, ont à la fois une vision à 360 et le sens du détail, comme vous. Veillez à ce que votre hiérarchie comprenne que vous n’appréciez pas la langue de bois mais l’action, et que vous n’êtes pas payé pour faire acte de présence mais à l’atteinte de vos objectifs car on n’est pas forcément inspiré entre 9 et 18h, on peut aussi l’être à 2h du mat. L’inspiration n’a pas d’heure !

CoachPlanet, Myriam Roure

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s