Les difficultés psychologiques liées aux troubles des apprentissages.

Troubles DYS

C’est en observant et en travaillant avec les enfants et adolescents présentant des troubles des apprentissages que nous sommes, en tant que psychologues, confrontés à la question de l’impact de ces difficultés sur la construction de leur personnalité.

Plusieurs recherches ont été menées sur le sujet dont voici quelques conclusions. Cet article est un compte-rendu non exhaustif des incidences psychologiques des troubles cognitifs chez l’enfant et l’adolescent.

Le développement psychologique :

Difficile pour ces enfants et adolescents d’intégrer ce qui est stable et ce qui évolue pendant leur développement. La construction de leur identité est un cheminement long et compliqué qui se met en place très tôt tant au niveau biologique que relationnel. L’enfant prend progressivement conscience de son existence en tant qu’individu dans sa relation aux figures d’attachement puis au travers du regard des autres sur ses propres actions.

Le développement psychomoteur, du langage, de la motricité, de l’attention etc… offre à l’enfant l’opportunité d’expérimenter des liens entre ses actions et leurs conséquences. À travers ces expériences il commence à apprendre à maîtriser son corps et les effets qu’il peut avoir sur les objets, les événements et même sur les autres. C’est alors que l’enfant apprend à avoir un impact sur le monde qui l’entoure. Il va également apprendre à identifier les effets de son comportement sur son propre corps.

Le développement de l’image de soi :

Lorsque l’enfant est parvenu à faire ce lien entre son comportement et ses conséquences, l’image de soi va se créer par l’équilibre entre ses capacités à réguler ses émotions, la qualité de ses relations sociales et un raisonnement cognitif adéquat (langage, mémoire, attention…).

L’image de soi est constituée de différentes composantes (Speranza & Valeri, 2010) :

  • la sphère émotionnelle
  • la motricité
  • la communication
  • l’expérience subjective
  • l’expérience intersubjective.

La perturbation d’une de ces composantes peut alors déséquilibrer le fonctionnement de l’enfant. La dynamique entre le monde interne et le monde externe de l’enfant et de l’adolescent résulte de cette image de soi.

Chez un enfant sans trouble des apprentissages, la construction de l’image de soi n’est déjà pas facile. C’est un processus qui prend du temps, qui est fragile au début et qui nécessite un apprentissage.

L’image de soi d’un enfant se construit à deux niveaux :

  • par la perception de l’écart qu’il y a entre ses compétences et ses idéaux
  • par la perception qu’il a du regard que ses pairs portent sur ses compétences propres.

C’est ainsi que l’image de soi conditionne la gestion des émotions, la motivation à l’apprentissage et les interactions sociales de l’enfant.

Dans le contexte de troubles des apprentissages :

Les enfants et les adolescents qui ont un trouble des apprentissages ont une vision négative de leurs compétences dans le domaine des apprentissages. Cette vision négative est la conséquence des échecs répétés de leurs tentatives de réussite. Ces enfants et adolescents vont alors éviter les activités en question, par peur de l’échec et ou de la critique et/ou des moqueries de la part de leurs pairs. Cela impacte donc les possibilités d’améliorer leurs compétences (qui est normalement le résultat de l’entraînement).

Les difficultés psychologiques liées aux troubles des apprentissages.

Cela va également impacter leurs interactions sociales et donc leur perception d’eux-mêmes qui est très fortement influencée par l’image qu’ils auront du regard que portent leurs pairs sur eux.

Que faire ?

Le plus important est de savoir repérer les émotions impliquées dans ce que vous montrent vos enfants (est-ce de la tristesse, de la colère, un sentiment d’injustice, un besoin d’être rassuré, compris etc…). En identifiant la demande sous-jacente vous pourrez y associer un besoin et mieux répondre à leurs attentes.

Il existe de nombreux ouvrages sur la confiance en soi, le bien-être et l’estime de soi des enfants avec ou sans troubles des apprentissages :

 

Vous pouvez également rencontrer un psychologue.       

Le rôle d’un psychologue face à ce genre de difficultés est d’accueillir la souffrance de ces enfants et adolescents mais aussi celle de leurs parents qui sont souvent bien démunis face aux difficultés de leurs enfants.

Il est important également qu’il reformule les difficultés et les explications diagnostiques et thérapeutiques. L’intensité émotionnelle de ces situations diminue la capacité des personnes impliquées à comprendre les enjeux derrière ce qui se passe au quotidien.

Un psychologue pourra vous aider vous-mêmes à comprendre la situation et pourra apporter des réponses à vos questions. Il pourra aider votre enfant à apprendre à gérer ses émotions, à reprendre confiance en lui et à retrouver une bonne estime de soi. C’est un travail d’équipe !

Bien entendu le coup de baguette magique n’existe pas mais consulter un psychologue ne veut pas forcément dire s’engager dans une thérapie longue, quelques séances peuvent suffire, tout dépend de la situation.

Un grand merci à Caroline, on attend avec impatience son prochain article!

 

Caroline EVERAERE

Psychologue-Neuropsychologue
156 Rue du 8 Mai 1945
59 650 Villeneuve d’Ascq
06.73.42.77.95
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s