La personne de référence ou comment répondre au besoin de continuité de l’enfant. Partie 2

/ , Planète EJE

  • Les besoins supplémentaires de l’enfant accueilli en dehors de son milieu familial :

L’enfant de moins de 3 ans n’est pas prêt à se séparer de sa famille avant d’intégrer l’image de ses parents quand ils sont absents. C’est en parallèle avec la permanence de l’objet (selon Piaget) : l’enfant ne sait pas qu’un objet qu’il ne voit plus existe toujours. Cela est valable pour les objets et les personnes. Le bébé n’a aucune certitude que ses parents qui sont absents reviendront. Pour pallier leur absence, durant la petite enfance, l’enfant a besoin d’entendre évoqués ses parents très régulièrement. Sachant que le temps de l’enfant est plus long que celui d’un adulte, il est nécessaire que l’image des parents soient réactivées tout le long de leur absence. Les parents sont fondateurs de la construction de l’identité de l’enfant (quotidien et connaissance intime).

Arriver dans un lieu d’accueil c’est comme arriver dans un autre monde. C’est une perte de repères, de points d’appui. Une reconstruction de fondations est nécessaire, qu’il s’agisse de l’environnement et des personnes. Un enfant a besoin de retrouver dans un nouveau lieu ce qu’il connait de sa famille afin de se sentir reconnu.

Quelqu’un l’écoutera t-il ? Son élan vital sera-t-il entendu, pris en compte ? L’enfant trouvera t-il l’intérêt d’un autre adulte ? L’adulte qui prend le relais aura la responsabilité d’être témoin des progrès quotidiens de cet enfant-là afin qu’il se sente reconnu dans ce nouveau lieu. L’intérêt de l’adulte nourrit l’enfant. Pour cela une période de reconnaissance mutuelle est indispensable = période dite d’adaptation. Période de construction des premiers liens autres, entre professionnel et enfant = un appui face à la séparation. L’objectif principal de l’adaptation  est la mise en place du début d’une relation de confiance, c’est fondamental. L’idéal est de prendre le temps pour construire un lien. Tant que ce lien n’est pas « visible », le parent ne devrait pas « partir ».

Il s’agit de penser ce temps plus comme une connaissance mutuelle avec un début de lien et pouvoir compter sur ce relais dans un lieu nouveau. Combien de temps est nécessaire au professionnel pour « connaître » un enfant, le « décoder » ? Un bon mois. Surtout avec un bébé de 3 mois. Si un mois entier est trop long, tabler sur 15 jours à 3 semaines avec présence des parents, pas toute la journée, mais à chaque temps de présence de l’enfant. Le signal que cela se passe « bien » est le sourire de l’enfant quand il voit la personne qui sera sa « référente ». Sourire qui peut être considéré comme une re-connaissance. Si le bébé est au sol, on remarque qu’il reste accroché au regard de son parent les premiers temps, puis il regarde ailleurs. Peu à peu, il regarde l’autre. Il est important de ne pas prendre le bébé dans ses bras trop tôt. Le bébé a besoin de son parent pour faire connaissance avec une tierce personne.

L’idéal est que cette période se déroule en dehors de l’espace de vie afin de se concentrer sur ce nouveau lien en construction.

Exemple de l’idéal, à adapter en fonction des impératifs de chaque contexte :

1ère semaine : une demi-heure tous les jours dans un autre espace, avec les parents

2ème semaine : une demi-heure tous les jours dans l’espace de vie, avec les parents.

3ème semaine : courts temps de séparation physique

Une personne de référence est une personne privilégiée sur laquelle l’enfant et sa famille peuvent compter. Il est important que la personne de référence compte pour eux et que l’enfant compte pour cette personne.

  • Vivre en collectivité, (même chez un(e) assistant(e) maternel(le)) :

Comment être reconnu comme une personne singulière avec d’autres individus ? Sachant que la construction identitaire s’effectue pour l’essentiel durant les 3 premières années de la vie d’un enfant : jusqu’à l’émergence du « je ».

Le travail principal d’un lieu d’accueil est de soutenir, reconnaître la construction de l’identité de l’enfant, d’un sujet. Pas de rencontrer les autres. Avant 3 ans, ce n’est pas le temps de la « socialisation » qui prime.

Le professionnel contribue avec les familles à la construction d’un être. C’est un défi majeur : faire de l’individuel dans le collectif. Le piège de la collectivité est d’uniformiser. Par souci d’égalité alors que l’égalité ce n’est pas faire pour tout le monde pareil mais bel et bien de faire pour chacun en fonction de ses besoins. Les propositions devraient être à adapter à chacun. Les enfants sont trop vite mis ensemble.

Une vraie socialisation est d’apprendre à se comporter avec chacun des enfants présents. Donc favoriser un groupe d’enfants stable avec un même adulte et des relais stables aussi. L’enfant a besoin de sentir qu’il a SA place dans un groupe d’appartenance : son lit, son casier, sa place à table, ses temps privilégiés (change, repas, jeux…) etc. Et cela englobe les espaces, les objets et les temps de la journée.

La préservation du sentiment de continuité demande que des liens soient effectués. La collectivité génère trop de discontinuité (contrairement à un accueil chez un assistant maternel). La difficulté est de prévoir, d’anticiper et de participer pour l’enfant qui a à faire à trop d’adultes différents.

Le défi est de relier des expériences différentes entre elles pour que l’enfant puisse se sentir relié à lui-même « je suis le même dans un lieu qui change ». L’enfant a besoin de construire le sentiment continu d’exister. La personne de référence devrait avoir pour objectif de relier différents moments vécus dans la journée pour un même enfant. Même si on fait différemment à la maison, les expériences du lieu d’accueil peuvent être reliées à celles racontées par les parents. A la maison c’est différent mais dans ce lieu-là cela sera toujours pareil (en tous cas, le plus souvent possible). « A la maison, tu as fait ça, ici tu as fait autre chose, autrement ».

Il est donc important qu’un enfant accueilli en Établissement d’Accueil rencontre un nombre limité d’adultes différents.

Le bébé ayant besoin de se sentir connu (compris, écouté, re-connu) d’un adulte, éprouvera des difficultés si les adultes autour de lui sont trop nombreux. A l’inverse, si un adulte a trop d’enfant en référence, il ne pourra que connaître superficiellement chaque enfant dont il a la responsabilité. L’attention de l’adulte (qui devrait être plus fine et plus précise que possible) peut se faire sur un nombre restreint d’enfants.

Être vu fait sentir à l’enfant qu’il se sent exister. Les enfants ont besoin d’attirer l’attention. La personne de référence assure à chacun des enfants le maximum d’attention.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s