La personne de référence ou comment répondre au besoin de continuité de l’enfant. Partie 4

/ , Planète EJE

A ce stade de la conférence, Miriam Rasse a donné la parole au public. Voici ses réponses à diverses questions :

  • Les espaces multi-âges = âges mélangés :

Selon Miriam Rasse, c’est peut-être moins uniformisant car les âges différents obligent les adultes à faire une différence. Dans un même endroit, les enfants ne sont pas « enfermés » dans les capacités de leur âge. Un peu comme une classe à plusieurs niveaux, l’accompagnement est forcément plus individualisé. Les rythmes étant différents d’un enfant à l’autre, ils sont plus faciles à identifier. Dans les deux sens, les enfants sont moins catégorisés : les plus jeunes se trouvent « tirés vers le haut », ils peuvent tenter des jeux et expériences de plus grands et les plus grands peuvent se permettre de « régresser » en revenant à des jeux de plus jeunes.

C’est un espace qui peut comporter des difficultés d’organisation et d’aménagement car des propositions pour toutes les tranches d’âges sont à penser et à réactualiser régulièrement. Chacun a besoin d’y trouver son compte. Les intérêts de chacun des enfants sont différents alors qu’ils sont tous ensemble.

Les bébés peuvent se sentir insécurisés au milieu des plus grands qui se déplacent et parfois les explorent. La nécessité absolue c’est qu’ils soient protégés physiquement la plupart du temps.

Les enfants qui ne se déplacent pas ont besoin d’un espace totalement sécurisant. Sinon, ils risquent d’être en permanence sur le qui-vive, de préférer rester dans leur  lit et dormir pour éviter trop d’agitation et de craintes.

Les 18-20 mois (Miriam Rasse les surnomme « les déménageurs »)  jouent différemment des « 2 ans et demi » par exemple, qui sont dans des jeux plus posés, d’imitation. La cohabitation peut s’avérer difficile et peut engendrer de la frustration et de l’agressivité. Il est, pour cela, indispensable de protéger les activités de chacun.

Les espaces multi-âges, pensés et aménagés en conséquence et selon les besoins de différentes tranches d’âge peuvent être des lieux sereins et épanouissants si différents espaces permettent de jouer tranquillement, de finir une activité sans être interrompu par des plus jeunes ou des plus grands.

La référence dans ce cadre particulier a toute son importance car il s’agit d’un travail d’ajustement permanent qui nécessite de connaître chaque enfant, mais qui peut compliquer la disponibilité du professionnel.

  • Les remplacements ponctuels, par exemple pour des réunions d’équipe ou des absences :

Il est nécessaire qu’une régularité soit instaurée et anticipée pour que ce soit une même personne qui remplace, notamment pour les temps de soins, de repas, d’accompagnement à l’endormissement…Le relais a besoin de suffisamment connaître  les enfants et vice versa.

Il est capital de parler aux enfants, de les prévenir et d’éviter de multiplier les adultes qui interviennent auprès d’eux. Une harmonisation des pratiques est aussi indispensable.

On fait vivre des choses à des enfants que nous-mêmes ne supporterions pas : toucher son visage par exemple, c’est une zone très sensible. Le respect des enfants passe par le respect de leur corps, de leur intimité afin qu’ils sachent faire respecter leur corps à leur tour. La prévention veut que la référence permette à l’enfant d’intégrer que n’importe qui ne peut s’occuper de lui. Si plusieurs personnes différentes sont amenées à s’occuper d’un enfant c’est lui transmettre le message que n’importe qui peut s’occuper de lui, c’est incohérent.

Il faut savoir que faire un change c’est prendre du temps et donner une attention complète à l’enfant dont on s’occupe, dont on se préoccupe. Il ne s’agit pas seulement d’une couche.

Le travail des professionnels est d’offrir de bonnes conditions d’accueil aux enfants malgré les circonstances. C’est une responsabilité, avec les moyens du bord.

Digression en fonction de la conversation avec le public :

Un enfant qui pleure est un enfant qui parle. L’objectif ce n’est pas qu’il arrête de pleurer. Il a besoin de dire quelque chose, de l’exprimer. L’important  c’est qu’il ne soit pas seul avec ses pleurs. Prendre soin de lui c’est aussi une présence.

Évidemment, il est impossible et non-souhaitable de tout épargner à l’enfant. L’aider à pouvoir construire ses ressources afin qu’il surmonte ce qui lui arrive est un défi des professionnels de la petite enfance. Bien sûr, la vie continue quand la personne ne référence est absente. Le bébé s’entraîne à faire confiance dans les ressources (voire résilience) qui lui ont été données, qu’il a développées grâce à son sentiment de sécurité interne et de continuité. 

Une des  responsabilités des professionnels réside dans le fait que l’enfant qui leur a été confié soit bien là où il est accueilli. C’est un travail de recherche pas toujours évident. L’observation est l’outil numéro 1 et l’écriture aussi (idéalement). Il est intéressant de partager ces observations car les regards et les sensibilités sont différentes et peuvent se compléter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s