La douance chez les enfants démystifiée

Un enfant devant un problème mathématique

PUBLIÉ LE DIMANCHE 21 AOÛT 2016 À 19 H 00, Radio Canada.ca

Ils réussissent très bien à l’école et sont toujours premiers de classe sans effort ou presque. Les enfants surdoués, dotés d’une intelligence exceptionnelle, vivent toutefois aussi toutes sortes de défis associés à leur douance.

Nous avons rencontré une mère de famille de surdoués afin de comprendre les subtilités de ce caractère.

Deux des quatre enfants de Nathalie Courcy ont reçu un diagnostic de douance.

Elle a aussi fondé la section Outaouais de l’association Haut potentiel Québec, et a participé à l’écriture du livre Zoé douée, Regards d’enfants sur le haut potentiel intellectuel.

La douance peut se concrétiser de façons beaucoup plus complexes que strictement le quotient intellectuel, explique la mère de famille.

Lors d’une évaluation pour la douance, on évalue, entres autres, le quotient intellectuel, mais aussi la mémoire de travail, la vitesse du traitement de l’information, le langage, la motricité et les comportements de l’enfant.

Peu après la naissance de ses deux filles, Nathalie Courcy s’est aperçue de leur grande intensité.

« La plus vieille faisait et fait encore plusieurs crises d’anxiété et de colère qu’on ne comprenait pas », raconte-t-elle.

Les visites chez le travailleur social et le psychologue ont débuté à l’âge de deux ans et demi.

À l’école et à la garderie, tout se passait très bien, mais lorsqu’elle revenait à la maison, c’était juste un enfer constant

Nathalie Courcy, mère d’une famille d’enfants surdoués

C’est finalement des années plus tard, que les parents trouvent une réponse au comportement de leur fille. Rapidement, le diagnostic devient très clair, la jeune fille est une enfant surdouée, en plus de souffrir d’anxiété.

« En regardant le bilan de l’évaluation, on s’est rendu compte que plusieurs facteurs se retrouvaient aussi beaucoup chez notre fille plus jeune. », explique-t-elle.

L’impression de la maman était juste. Malgré que le phénomène ne soit pas encore tout à fait compris par les rechercheurs, la douance semble être un phénomène héréditaire.

Sa deuxième fille a reçu un diagnostic double : une douance suivie d’un trouble de déficit de l’attention avec/sans hyperactivité (TDAH).

Plus tard, Nathalie Courcy a elle-même été diagnostiquée surdouée.

Une jeune fille bricole avec des matériaux recyclés.
Une jeune fille bricole avec des matériaux recyclés.   PHOTO : ISTOCK

La douance, un don?

Selon Nathalie Courcy, la douance n’est pas toujours un cadeau.

« Ça peut être un cadeau parce que nos enfants, en général, ont de la facilité à l’école », relate-elle. « Par contre, ceux qui n’ont pas un support scolaire adéquat se retrouvent à s’ennuyer énormément à l’école. »

Certains jeunes qui n’ont pas reçu le diagnostique peuvent développer des troubles de comportements parce qu’ils s’ennuient et ne sont pas suffisamment encadrés, selon Nathalie Courcy.

Son fils qui n’est pas encore à l’école fait déjà des multiplications dans les milliers.

Vivre dans une famille surdouée

Les discussions sont toujours bien animées dans la famille de Nathalie Courcy.

« Lors d’un même repas, on va parler à la fois de notre journée, de politique, de Pokémons mais aussi de grandes questions existentielles et de la guerre », raconte la mère.

Elle explique que les personnes douées sont des personnes souvent très sensibles, autant sur leurs émotions et leurs sensations.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s