POINTS COMMUNS DIFFÉRENCIANT L’ENFANT INTELLECTUELLEMENT PRÉCOCE DES AUTRES ENFANTS

anpeip

Les points communs et fréquents différenciant l’enfant intellectuellement précoce des autres enfants ont été référencés à différents stades de développement. Chez le tout petit (0-24 mois), chez l’enfant (2-10 ans) puis chez l’adolescent, on note des différences et décalages majeurs pour les centres d’intérêts, l’apprentissage, l’affectif, l’attitude et le comportement.
Attention, ces indices sont relatifs : y compris chez l’enfant précoce, toutes les étapes du développement ne sont pas franchies précisément aux âges mentionnés…
    • CHEZ LE TOUT PETIT (0-24 mois) :
C’est de façon générale un bébé qui diffère par son avance notable du point de vue de son développement psychomoteur. Selon Madame VAIVRE DOURET, cette avance s’amenuise progressivement. Le développement intellectuel prime alors.
 Tab2VaivreDouret
Comparaison entre les items observés du développement moteur de notre échantillon d’enfants à «hautes potentialités» suivis en longitudinal (n = 60) et les normes développementales françaises sur les deux premières années de vie
 
D’après l’article  de L. Vaivre-Douret « Les caractéristiques développementales d’un échantillon d’enfants tout venant « à hautes potentialités » (surdoués) : suivi prophylactique » paru dans Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence Volume 52, Issue 3, May 2004, pages 129-141
Tab3VaivreDouret 
  • CHEZ L’ENFANT (2-10 ans) :
La précocité s’exprime à travers diverses facettes
 Ses centres d’intérêt
• Curieux, l’enfant veut toujours savoir le pourquoi de tout. Ses questions sont originales et variées, mais il ne se contente pas d’une réponse banale, et veut approfondir jusqu’à lasser l’autre.
• Il est passionné par l’univers, la préhistoire, les limites du temps et de l’espace, la mythologie, l’informatique, l’histoire, l’histoire de l’art, la biologie, mais toutes ces connaissances ne seront pas toujours restituées à l’école dans la mesure où il a dépassé, par passion personnelle, le niveau d’exigence de l’enseignant. Il change souvent de centre d’intérêt.
• Certains enfants se passionnent pour les encyclopédies, les dictionnaires.
• Il aime les jeux compliqués et y réussit (échecs, Mastermind, jeux de stratégie en général, etc.).
 Dans l’apprentissage
• Une parole précoce est un bon indice de développement.
Cependant, une parole tardive ne peut exclure une éventuelle précocité puisque certains enfants « explosent » vers 3 ans avec un langage structuré et concis et un large vocabulaire. Ils peuvent avoir un débit langagier, soit très rapide, soit presque inaudible. L’âge de 6 ans et du C.P. est souvent, le moment d’une déception. L’enfant ne trouve pas à l’école ce à quoi il s’attendait en terme d’apprentissage et de compréhension de la part de l’environnement scolaire. Le décalage semble s’accentuer. De fait, peuvent apparaitre des tics ou bégaiements, preuves du malaise de l’enfant.
• Il a souvent appris à lire très jeune (seul ou aidé), mais maîtrise plus tardivement l’écriture (surtout chez les garçons).
• Il a besoin de stimulations et s’ennuie dans les activités de routine et les obligations (rangement, hygiène, …)
• Il est souvent distrait, mais est capable d’une concentration intense quand il est intéressé. Il se montre perfectionniste dans les domaines qui l’intéresse et travaille, dans ce cas, de manière indépendante et en autodidacte.
• Il est plus à l’aise dans les activités compliquées que dans les activités simples, où il commet des « erreurs bêtes ». Il sait prendre des risques dans un devoir en proposant des solutions nouvelles mais parfois plus longues ou compliquées parce que celles attendues lui paraissent trop simples.
• Il apprend vite, mais ne supporte pas d’apprendre « bêtement » (sans comprendre le contexte). Il a une mémoire étonnante.
• Il manque de méthode, et a de la difficulté face à l’effort (assimilée souvent à de la fainéantise).
 Dans l’affectif
 
• Il est hypersensible et hyperémotif ; il est sensible à l’harmonie de ce qui l’entoure. Ceci est constitutif de sa personnalité et donne une fausse impression d’immaturité affective.
• Il est anxieux de façon constante.
• Il a besoin d’être accepté et reconnu dans ses particularités.
• Il sollicite beaucoup l’attention de ses parents à tel point qu’il est vécu comme épuisant, voire vampirisant. Il en est de même pour les adultes de son environnement scolaire ou social. Il a tendance, de ce fait, à penser, quand ceux-ci ne peuvent se rendre disponibles ou se montrent impatients ou le réprimandent, qu’il n’est  plus aimé, ni apprécié.
• Il est très sensible à l’injustice, y compris à celle que peuvent subir les autres et il est prêt à s’engager contre les « autorités ».
• Il recherche le dialogue avec les adultes ou avec des camarades plus âgés que lui.
• Il juge rapidement les gens.
• Il a tendance à être solitaire, préfère travailler seul.
• Certains enfants jeunes ou adolescents paraissent  » scotchés  » à leur mère.
• Il est en grande demande affective avec réclamations incessantes de preuves d’amour des parents ou de l’affection de son entourage.
• Il peut se montrer particulièrement possessif.
 Dans son attitude et son comportement

 

• Il étonne par le niveau de ses réflexions.
• Il est en opposition de façon répétée.
• Il intervient de manière pertinente dans des discussions alors qu’on le croyait concentré sur autre chose.
• Il manie la critique que beaucoup prennent pour de l’insolence ou de l’arrogance. Mais aussi une autocritique sévère et très déstabilisante que l’on peut constater par sa propension à se dire nul ou à le penser.
• Il est observateur,  très empathique, jusqu’à se rendre compte, comme le disait un petit garçon de 4 ans, d’une personne avec laquelle il avait parlé, que « ses yeux ne disent pas pareil que sa bouche ».
• Il ne met que rarement ses opinions dans sa poche et en général elles sont très tranchées.
• Il veut souvent avoir le dernier mot, et ce très jeune, ou par l’usage de nombreux arguments avoir raison; c’est ainsi qu’il manifeste de grandes capacités à une certaine forme de manipulation.
• Il s’ennuie vite.
• Il est souvent « dans la lune ».
• Il a du mal choisir rapidement.
• Il a besoin pour se concentrer de faire plusieurs choses à la fois.
• Les enseignants le décrivent, soit comme un enfant peu actif, replié sur lui-même, inconsistant et rêveur à l’excès, soit au contraire comme hyperactif, poseur, hostile, d’humeur changeante, provocateur, agressif et de contact difficile.
• L’acquisition des activités motrices de base n’est pas forcément en avance par rapport aux autres enfants du même âge.
• Si on l’interroge sur ses centres d’intérêt, il peut se montrer intarissable et laisser entrevoir la profondeur et la densité de ses connaissances.
• Il a le sens de l’humour et joue avec les mots mais il est très atteint par l’ironie. Il a, d’autre part, de la peine à supporter les comportements puérils qui n’ont rien à voir avec l’humour.
• La qualité de son regard, mobile, scrutateur, qui donne à tout instant le sentiment de jauger l’autre afin d’évaluer s’il est digne de confiance, ce qui peut aussi être pris pour de l’impertinence.
• Il manifeste, dès le plus jeune âge, une indépendance d’esprit et un esprit d’indépendance ainsi qu’une tendance à être un tant soit peu entêté.
• Il a tendance au refus de toute compromission et à se comporter de manière trop rapidement qualifiée de peu adaptée.
• Il ne se rallie pas à tout prix à la majorité.
• Ce sont des êtres singuliers, à la personnalité fortement marquée dès le plus jeune âge.
• Ce qui peut aussi le caractériser, c’est l’excès en tout. Tantôt Ange ou Démon, tantôt Tout ou Rien ; il n’est jamais dans la tiédeur mais plutôt dans le  » j’adore ou je déteste « .
• Il semble se montrer plus  » difficile « , pour son environnement que la plupart des enfants, plus exigeant dans ses désirs ou sa demande affective, plus obstiné, plus angoissé dans sa vie intérieure mais aussi plus vulnérable.
• On a tendance à le percevoir comme un enfant « à problème », simplement parce qu’il existe une différence marquée par rapport aux enfants de son âge.
• Les troubles du sommeil sont fréquents. On retrouve des insomnies (difficultés au coucher, éveils nocturnes), des cauchemars et un sommeil agité.
• Il est souvent malade en période scolaire (maux de ventre, de tête, problèmes dermatologiques), notamment lors de la reprise (le lundi ou après les vacances).
• La souffrance de certains s’exprime par l’énurésie, l’encoprésie, les troubles alimentaires
  • CHEZ L’ADOLESCENT
• Il peut avoir d’excellents résultats scolaires sans effort et sans travail
• Il est parfois en échec scolaire au collège, au lycée alors qu’il a suivi un primaire sans difficulté. Les classes de 4ème et de 2nde peuvent être un tournant : un élève qui n’a jamais appris à apprendre peut rencontrer des difficultés dans ces classes-là.
• Il a des résultats en dents de scie de façon inexpliquée.
• Il est déprimé, isolé, voire en dépression,
• Il a des idées noires et exprime sa souffrance par de la boulimie, des scarifications, des conduites à risque.
• Il est en conflit avec certains professeurs, qu’il ne juge pas « à la hauteur ».
• Il a des camarades plus âgés que lui.
• Il se désintéresse de la scolarité.
• Il n’a pas la notion de l’effort, rechigne à faire ses devoirs.
• Il semble ne pas exploiter ses capacités.
• Il n’a pas de méthode de travail, il a des lacunes profondes dans certains domaines.
• Il manque d’estime de lui, d’assurance, se sent nul, se dévalorise.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s