Comment décoder nos croyances et nos peurs qui parasitent nos relations à nos enfants ? (avec Thomas d’Ansembourg)

Apprendre à éduquer

Dans cette vidéo (2min30), Thomas d’Ansembourg nous invite à travailler sur nos croyances et nos peurs en tant que parents. La différence que nos enfants affichent par rapport à nos croyances et nos valeurs peut être une opportunité de mieux les comprendre et de renforcer la relation, à condition de chercher les besoins derrière (les nôtres et ceux de nos enfants).

Nous sommes souvent piégés dans une vision binaire : « Je ne peux pas laisser faire sans réagir, donc je dois l’interdire ».

C’est en constatant que des besoins apparemment contradictoires cohabitent en nous que nous nous libérerons de ce piège :

  • besoin de respecter nos enfants et celui de les protéger,
  • besoin de laisser de la liberté et d’assurer la sécurité.

 

Une fois que nous prenons conscience que ces besoins peuvent cohabiter sans s’opposer, nous pouvons nous situer avec clarté et avec responsabilité individuelle, sans pour autant fermer la relation ou étouffer les enfants.

La communication non violente pourra nous aider à accueillir la différence tout en exprimant nos inquiétudes :

Observation : Quand je te vois sortir habillée comme ça…,

Sentiments : … à la fois je suis heureuse que tu t’autorises à vivre ta liberté et à la fois je suis affolée par l’idée que tu suscites la convoitise de certains et que tu te retrouves dans des situations dangereuses que tu ne saurais pas gérer.

Besoins : J’ai besoin de savoir que tu es bien dans ton corps et dans ton cœur.

Demande : Je voudrais être rassurée sur le fait que tu te respectes toi-même.

 

4 étapes pour accueillir la différence avec nos enfants

Thomas d’Ansembourg propose 4 étapes pour accueillir la différence :

1. Se parler et s’écouter souvent

Voir cet article : Écouter les enfants : 5 principes de base pour une écoute efficace

 

2. Demander ce qu’on veut demander clairement et positivement

Voir cet article : Comment formuler une demande en communication non violente

 

3. Transformer ce qu’il y a à transformer

Voir cet article : 10 manières de préparer ou d’aménager l’environnement familial pour des enfants épanouis

4. Lâcher ce qu’il y a à lâcher

Voir cet article : Ces (petites) choses sur lesquelles j’ai réussi à lâcher prise

 

………………………………………………………………………………………………………………..

être heureux ce n'est pas nécessairement être confortableOn retrouve cette anecdote dans le livre de Thomas d’Ansembourg : Être heureux ce n’est pas nécessairement confortable – Trouver le bonheur et non ce que l’on croit être le bonheur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s