L’impact des émotions sur l’apprentissage

Valérie DUBAND, Coach, formatrice et consultante, Lyon, 24 septembre 2016

Parce qu’il est impossible de nous détacher de nos émotions, elles entrent en lien avec nos situations d’apprentissage. Lorsque nous sommes dans un état émotionnel important, quand nos valeurs personnelles ont été mises à mal, les connexions ne sont plus établies correctement entre les différentes zones de notre cerveau.

 

Émotion, un ressenti personnel

Une émotion est un état affectif plus ou moins intense survenant à la suite d’un stimulus.

L’émotion est un état subjectif. Elle nous appartient. Elle déclenche un ressenti qui nous est propre.

emotion-cube

 

À l’école, les enfants continent aussi à ressentir des émotions : impossible de s’en détacher, l’Homme est un “être d’émotion” ! Leurs émotions impactent leur apprentissage parce qu’elles sont en lien avec la mémorisation. En effet, les événements chargés émotionnellement  sont mieux mémorisés que les événements “neutres”. Ce lien entre émotion et mémoire met en relief son caractère personnalisé. En effet, face aux mêmes événements, nous ne retenons pas tous la même chose.

 

Et à l’école alors ?

 

À l’école, les émotions ne s’arrêtent pas.

Lorsqu’élève est dans un état émotionnel intense et notamment en cas de stress, il débranche son cortex pré-frontal. Ce lobe frontal étant le siège de nos fonctions exécutives, adieu planification, attention, priorité, anticipation, organisation ou encore concentration.

 

“(en parlant des enseignants)

Mais peu ont conscience de l’impact affectif qu’ils ont sur les enfants. Certains instituteurs, professeurs de collège et de lycées, vont rassurer et réconforter les enfants par leur façon d’être, leur manière de parler, leur attention à reprendre autrement une explication mal comprise.” 

Boris Cyrulnik – Article VNI du 15 juin 2015

 

L’impact affectif ne peut donc être un facteur négligeable. Ce sont bien les encouragements, les mots qui marquent positivement une progression, un effort, ou encore une attitude qui aideront l’élève à rester “câblé”.

 

heureux

 

Un encouragement, une appréciation de leur part qui seraient perçus comme des banalités par des adultes, auront chez un gamin en recherche de sécurisation, une valeur inestimable. Ce sera un événement émotionnel fort qui participera à structurer sa personnalité.

 

Encourager les élèves permet de les mettre dans un cadre sécurisant qui est favorable à leur apprentissage.

 

Comment faire ?

Quelques pistes :

Positiver les situations : même les progrès les plus minimes sont des progrès

Donner les axes de progression réalisable : inutile de voir gravir immédiatement l’Everest si l’on n’est pas capable de grimper en haut de la colline.

Tenir compte que mon Everest est peut être votre colline.

Valoriser tous les domaines de compétence : la créativité, artistique, musical… si peut mis en avant dans notre système scolaire

Encourager

 

 

——————**–**———————

Pour compléter :

Boris Cyrulnik – Article VNI du 15 juin 2015

Schutz, P. A., & Pekrun, R. (Eds.). (2007). Emotion in education

Emotion et cognition : Quand l’émotion parle à la cognition – Nathalie Blanc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s