20 points d’appui pour désamorcer les tensions avec les enfants (la discipline positive sans drame !)

Apprendre à éduquer

PAR · PUBLICATION 15 JUILLET 2016 · MIS À JOUR 30 SEPTEMBRE 2016

1. La discipline positive s’appuie sur l’enseignement et la réparation (et non pas sur la punition).

citation éducation

>>> Quand les réparations remplacent les punitions dans l’éducation…

 

2. Établir des règles peut se faire dans la chaleur, l’amour, le respect et la bienveillance.

Établir des règles claires et cohérentes, chercher des solutions ensemble, demander de réparer peut se faire avec empathie et douceur. On peut exprimer de la colère de manière non violente et respectueuse :

  • exprimer avec vigueur nos émotions (je suis vraiment excédé; je ressens beaucoup de colère…)
  • « crier » nos besoins (là, j’ai un besoin urgent de…)
  • faire une demande qui laisse un temps de pause, de calme (est-ce qu’on peut se voir dans 10 minutes pour parler de…?,  est-ce que tu serais d’accord pour qu’on en reparle ce soir à 18H ?…)

Ce temps de pause est important car il permet de clarifier nos besoins et ceux de l’enfant pour donner plus de chance à un dialogue constructif.

 

3. La cohérence n’est pas synonyme de rigidité.

Certaines situations peuvent supporter des exceptions aux règles et les enfants sont capables d’en comprendre la portée et le caractère exceptionnel.

 

4. Moins de mots pour plus d’efficacité !

La communication non verbale (caresse, baiser, sourire, expression faciale empathique…) ou même l’attente silencieuse sont des manières de se reconnecter avec les enfants hors d’eux.

 

5. Il est plus efficace de se focaliser sur les causes, les motivations que sur les comportements.

En général, les écarts de conduite des enfants sont les symptômes d’autre chose et cette autre chose continuera de se manifester si nous ne nous connectons pas avec les émotions de l’enfant et les expériences subjectives qui expliquent ce comportement.

 

6. La façon dont nous disons les choses comptent plus que ce que nous disons.

S’exprimer en communication non violente n’est pas toujours aisé mais cela peut devenir notre objectif.

 

7. Les émotions intenses, dites « négatives » (comme la colère ou la tristesse) sont utiles et peuvent être exprimées sans risque.

La répression émotionnelle est néfaste mais elle ne justifie pas pour autant des comportements inappropriés : il s’agit de trouver l’équilibre pour être souple sur les émotions et ferme sur le comportement.

>>>14 manières d’être souple sur les émotions et ferme sur le comportement

 

8. Rester focalisé sur les actes des enfants (et non pas sur notre réponse) évite de sur-réagir au risque de concentrer l’attention de l’enfant sur l’injustice qu’il éprouve face à la démesure de notre réaction.

L’objectif est d’être aussi calme et réfléchi que possible : cela peut passer par le fait de s’extraire de la situation qui a provoqué la tension et éventuellement de s’accorder un moment de calme pour éviter les excès (verbaux et/ou physiques).

 

9. Réparer la relation et s’excuser peuvent s’avérer nécessaires.

L’éducation bienveillante/positive/consciente ne signifie en aucun cas l’absence de conflit entre parents et enfants… et nous ne serons pas toujours au meilleur de notre forme pour aborder tensions et conflits avec les enfants. Le plus important est de reconnaître nos propres manquements à nos convictions éducatives et de réparer la relation pour restaurer le lien familial aussi tôt que possible.

 

10. Il est toujours possible de rectifier le tir (« Tout à l’heure, je me suis fâché/e, et je n’ai pas bien réfléchi à ce que je faisais. Après y avoir repensé, j’ai changé d’avis ») et de donner une seconde chance (« Je n’ai pas aimé ce que tu as fait et je te donne une autre chance pour agir de manière appropriée/ comment pourrais-tu agir différemment ? »).

 

11. Nos enfants peuvent avoir besoin de notre aide pour faire des choix judicieux ou simplement se calmer.

Le cerveau des enfants est immature : ils ont besoin de notre aide et de notre cerveau mature pour leur servir de « cerveau externe » pour gérer les émotions qui les traversent et les submergent parfois.

La première étape consiste à se connecter à l’enfant (avant de rediriger le comportement).

 

12. Nous sommes parfois influencés par la présence de tiers (nos parents, beaux-parents, amis, famille, autres parents…).

Nous gagnerions à nous isoler pour éviter de réagir en fonction de ce que pensent les autres.

 

13. Les luttes de pouvoir mènent toujours à l’impasse et c’est à l’adulte (qui porte la responsabilité de la relation avec l’enfant et qui a un cerveau mature) de déjouer les jeux de pouvoir.

C’est un piège à éviter que de riposter aux enfants qui répondent. Il serait plus constructif de trouver une solution qui convienne à toutes les parties pour résoudre le problème : qu’est-ce qu’on pourrait faire ? tu as des suggestions ?

 

14. Faire passer les spécificités de l’enfant et de la situation avant nos habitudes, nos conditionnements et nos ressentis est difficile et demande un travail sur soi parfois long… mais possible.

Une solution pourra fonctionner avec un enfant mais pas avec son frère ou sa sœur, pourra fonctionner un jour mais pas le lendemain, on pourra envisager une solution ludique ou créative un jour mais est trop fatigué pour faire de l’humour la semaine suivante…

C’est une des facettes les plus difficiles de la parentalité : réfléchir à notre comportement, nous efforcer de correspondre vraiment aux caractéristiques du moment avec cet enfant en particulier et ajuster notre réponse à ce qui se passe en cet instant.

Cela peut demander un travail sur nous, une reconnaissance de nos émotions et de ce qui se joue en termes de résurgence d’éléments parasites de notre passé, une attention portée à notre enfant intérieur.

 

15. Éviter de le reprendre devant les autres est une marque de respect.

Il est préférable de s’isoler (l’humiliation et l’embarras ressentis empêcheront de toute façon le message de passer).

 

16. Avant de condamner, écouter ce que l’enfant a à dire.

 

17. Prendre en compte la réalité et l’expérience de l’enfant

Même quand un comportement ou une émotion nous semblent ridicules, ils sont importants à ses yeux.

 

18. Avoir des attentes réalistes en fonction du niveau de développement de l’enfant et de la situation nécessite une connaissance du fonctionnement du cerveau des enfants, de leurs phases de développement et de leurs besoins fondamentaux.

 

19. L’instinct personnel est le meilleur guide dans nos choix éducatifs.

Cela n’empêche pas d’avoir une « trousse à outils » afin de pouvoir y piocher la meilleure approche possible en fonction de la situation, de l’enfant et de la famille.

 

20. Faire preuve de bienveillance envers soi-même est un pilier de l’éducation positive/ bienveillante/consciente.

La bienveillance exclut le manichéisme : il n’y a pas d’un côté la réaction bienveillante et de l’autre la réaction non bienveillante; il y a plutôt des situations desquelles apprendre, desquelles tirer des leçons pour progresser.

 

……………………………………………………….

Source : La discipline sans drame de Daniel Siegel et Tina Payne Bryson (éditions Les Arènes).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s