Besoins particuliers : 10 trucs pour établir une bonne communication avec l’école

Yoopa

image article

Comme parent, nous sommes l’expert de notre enfant, le premier responsable de son développement. Comme le secrétaire de direction d’un grand chef d’entreprise, vous gérez son agenda, prenez les rendez-vous, l’accompagnez dans ses suivis, thérapies et rencontres avec les spécialistes, VOUS êtes la personne la plus importante pour lui et celle qui fait le lien avec TOUS les milieux, rien de moins.
À quelques jours des premières communications et des plans d’intervention, voici quelques trucs d’une maman-prof pour établir une bonne communication avec l’école. Pourquoi? Parce que nous devons être reconnus comme de réels partenaires, au même titre que les autres intervenants.
Voici mes meilleurs trucs d’une maman-prof
1.    Si ce n’est pas déjà fait, présentez votre enfant en traçant son portrait, notant ses capacités, ses forces et ses besoins tout comme ses limitations inévitables. Cela permettra de mieux cerner ses besoins et facilitera la mise en place de mesures adaptées spécialement pour lui. Besoin d’un coup de pouce? Lisez ceci!
2.    Offrez (ou encore, prêtez) des livres et des ressources (sans toutefois trop insister), pour que ceux qui entourent notre enfant soient bien outillés quant à sa réalité. De plus, ils pourront sensibiliser les autres spécialistes de l’école et en parler avec les élèves de la classe. Par exemple, chaque année, ma fille apporte en début d’année un livre qui explique c’est quoi l’épilepsie ainsi que ce qu’on doit faire en cas de crise. C’est toujours très apprécié par les petits comme les grands!
3.    Parlez toujours en bien de l’école, avec respect, votre enfant doit sentir que ses parents et les intervenants de l’école travaillent TOUS ensemble, pour lui, dans un climat de confiance (même si vous n’êtes pas toujours en accord à 100 % avec l’école, votre enfant n’a pas à le savoir).
4.    Créez un lien avec l’enseignant et les différents intervenants qui travaillent avec votre enfant, communiquez de façon positive et bienveillante avec eux, quand c’est possible, impliquez-vous dans les activités spéciales de l’école.
5.    Collaborez avec le personnel scolaire en vue de répondre aux besoins particuliers de votre enfant que ça soit en participant activement aux rencontres, à l’élaboration, au suivi et à l’évaluation du plan d’intervention (PI)
6.    Lors des rencontres, posez des questions sur la situation de votre enfant, des services offerts, n’hésitez pas à demander des précisions sur les éléments discutés ou le vocabulaire utilisé. On vous parler d’une problématique? Demandez des exemples concrets pour comprendre les actions qui sont entreprises et/ou souhaitées.
7.    Assurez un suivi étroit des progrès et des difficultés de votre enfant en informant les différents intervenants après chaque rencontre. Il est faux de croire que les rapports de l’un vont se retrouver dans le bureau de l’autre. Vous avez un rendez-vous chez le pédopsychiatre? Apporter le dernier bulletin, le PI, les notes de service de l’école, le rapport d’évaluation de l’ergothérapeute, etc. N’oubliez pas, VOUS êtes la personne clé, le grand manitou!
8.    Informer l’ensemble des participants des démarches entreprises avec les organismes de santé et de services sociaux dont votre enfant bénéficie par le biais des intervenants externes.
9.    Demandez TOUJOURS des copies des rapports, avant de partir, signez des autorisations pour que les différents milieux puissent échanger des informations, ne faites pas de cachette. Rappelez-vous que les écrits restent, mais que les paroles s’envolent!
10. N’oubliez pas, vous n’êtes pas seul(e). Vous pouvez toujours vous faire accompagner par une personne de confiance qui est moins impliquée émotionnellement afin de vous aider à mieux assimiler les informations. OPHQ peut vous aider!
Je dois vous avouer que j’ai souvent eu peur d’être « la maman-prof fatigante » et que dans le passé, cela a nui. À ne pas vouloir déranger, mes enfants n’ont pas toujours tout reçu l’aide et les services dont ils avaient besoin.
Maintenant, je sais.
Avez-vous déjà pris le temps de réfléchir et d’identifier :
— Des pistes de solutions qui fonctionnent avec votre enfant
— Les attitudes les plus efficaces avec lui
— Les mesures d’encadrement les plus pertinentes
— Les évaluations plus spécialisées qui seraient utiles d’envisager
Oui? Non? Ça vaut peut-être la peine, de partager vos réponses avec le personnel enseignant et les adultes qui entourent votre enfant : famille, amis, entraîneurs, spécialistes, etc.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s