La théorie de l’attachement et le comportement en classe

Le blog des remédiations

http://www.deboecksuperieur.com/ouvrage/9782804168926-aider-les-eleves-en-difficulte-dapprentissage

Nous avons tous rencontré dans nos classes des élèves perturbateurs allant des simples écarts de comportements (à la recherche du cadre) à des troubles plus importants.
La théorie de l’attachement peut nous permettre sur certains aspects de comprendre et de répondre de manière adaptée aux sollicitations et aux perturbations de ces enfants.
« Mettre en relation l’expérience du dehors de l’école avec le comportement à l’école peut aider à donner du sens à la confusion. Donner du sens au comportement protège l’enseignant d’un bombardement qui peut être démoralisant et épuisant, et renforce la résilience de l’élève et sa capacité à réfléchir et à apprendre » (H.Geddes, page 37)
 John Bowlby  (infos sur persée ou wikipédia ) est considéré comme le père de la théorie de l’attachement.
Pour John Bowlby, d’un point de vue émotionnel et social, l’enfant a besoin de développer une relation d’attachement constante et continue avec au moins une personne.
Peuvent être définis ensuite 4 styles d’attachement :
– l’attachement sécure,
– l’attachement évitant,
– l’attachement résistant/ambivalent,
– l’attachement désorganisé.
Sur wikipédia, un résumé ici et pour ceux qui préfèrent écouter, le lien vers le post de La tête au carré sur France inter (les intervenants évoquent la théorie de l’attachement en lien avec la relation de couple), cliquez sur l’image :
https://www.franceinter.fr/emissions/la-tete-au-carre/la-tete-au-carre-04-mai-2016

Comment  à partir de cette théorie, il est possible d’avoir un éclairage sur le comportement en classe des élèves et le lien avec les apprentissages ?

Et bien c’est ce que Heather Geddes a tenté de répondre dans son livre, cliquez ci-dessous et direction le site des éditions deboeck supérieur :

Heather Geddes;

« Psychopédagogue anglaise, elle a travaillé comme enseignante et thérapeute éducative dans divers lieux d’éducation ainsi que dans des services de guidance infantile et de santé mentale pour enfants et adolescents. Elle travaille aussi en privé comme thérapeute, superviseur et formatrice et contribue à la formation de master en psychopédagogie à la Caspari Foundation. » (informations 4ème de couverture du livre)
En cliquant sur la couverture du livre (en haut à gauche), vous pourrez lire quelques pages (source : deboeck)
« Ce livre ne dit pas tant « ce qu’il faut faire » mais plutôt « comment réfléchir au problème » pour arriver à un résultat plus prometteur, ne plus être réactif mais réflexif, et que la réflexion guide la pratique. » (page 12)

 Partie 1
Chapitre 1 : Faire une différence – La théorie de l’attachement et les élèves qui nous dérangent
Chapitre 2 : Le comportement a un sens – Il communique une expérience
Chapitre 3 : Les grandes lignes de la théorie de l’attachement – Pourquoi l’enseignant est important
Chapitre 4 : Le triangle de l’apprentissage – Comment les relations influencent l’apprentissage

Partie 2
Chapitre 5 : Les élèves qui ne peuvent pas demander de l’aide – L’attachement évitant en classe
Chapitre 6 : Les élèves qui craignent la séparation – L’attachement résistant/ambivalent en classe
Chapitre 7 : Les élèves qui nous inquiètent le plus – L’attachement désorganisé/désorienté en classe
Chapitre 8 : L’école comme base de sécurité pour les élèves et les enseignants – De la réaction à l’intervention réflexive

Après avoir défini différents comportements (page 15) des élèves, H. Geddes expose, en lien avec des recherches en Angleterre, un profil type d’enfants à risque (niveau socio-économique faible, garçons…page 17). Elle pointe également ce qui influence le comportement à l’école et ce que l’enseignant apporte à la classe (l’incitateur de transgression et l’éviteur de transgression, page 18 et 20).
Exemple pour l’éviteur de transgression (d’après tableau page 20) :
Comportement de l’enseignant : ferme, cohérent, aime et respecte les élèves
Réaction de l’élève à ce comportement : se sent valorisé, respecté, encouragé
H. Geddes explique ensuite ce que l’enfant apporte à l’école et les facteurs prédisposants associés avec un comportement difficile (discipline incohérente, relations hostiles et rejetantes… page 22)
Pour H.Geddes,  » Les écoles sont une source de santé dans la société. Peu importe les politiques qui prédominent, la plupart des écoles accordent intérêt et attention aux enfants, ce qui soutient de nombreux élèves dont les besoins émotionnels et sociaux ne sont pas entièrement assurés par leur famille et leur environnement » (page 25)
Les difficultés d’apprentissage sont ici perçues plutôt comme des symptômes des inquiétudes et des expériences de l’enfant (page 26). Elle met en lien ses propos avec des vignettes cliniques (situations exposées) :
– la peur des performances,
– la crainte d’une séparation…

Un peu plus loin , elle détaille les concepts centraux de la théorie de l’attachement (page 42) :
– la base de sécurité (figure d’attachement significative…),
– la qualité contenante de la base de sécurité,
– le comportement d’attachement (reconnaitre les signaux…),
– l’accordage empathique (apprendre en étant compris par l’autre)…

Les dynamiques entre la théorie de l’attachement, les enseignants, les élèves, le travail (scolaire) sont représentées grâce à un triangle de l’apprentissage :

d’après  la figure triangle de l’apprentissage (page 13) modifiée

La partie 2 est très intéressante car à partir des styles d’attachement, elle se place tour à tour d’un  point de l’enfant, de l’enseignant et elle évoque les conséquences sur l’apprentissage.

 Exemple pour le profil lié à l’attachement évitant (page 74) :

Approche de l’école/de la classe : indifférence apparente à l’incertitude dans de nouvelles situations
Réactions à l’enseignant : Déni du besoin de soutien et de l’aide de l’enseignant…
Réaction à la tâche : Besoin d’être autonome…
Compétences et difficultés : Usage limité de la créativité…

Ici l’enfant dirige son attention sur la tâche et évite l’enseignant :

d’après  la figure triangle de l’apprentissage : attachement évitant (page 75) modifiée
H.Geddes termine son propos par des pistes d’interventions (page 115 à 130) (que peut faire l’enseignant ?…) et met en avant des expérimentations au niveau des écoles au Canada : les classes Kangourou ( fiche de présentation, ici).
Ce livre traite d’un certain types de difficultés d’apprentissage à l’école. Il ne traite pas des difficultés d’apprentissage en lien avec des troubles développementaux (dys…). Il est intéressant pour son éclairage et les pistes d’interventions. Sans être thérapeute, il se lit rapidement (traduit de l’anglais par Françoise Hallet, médecin scolaire) et de nombreux conseils peuvent s’appliquer directement en classe. Pour d’autres, l’institution aura son rôle à jouer. Ouvrage à lire pour penser sa pratique et sortir de l’agir !
Pour compléter, retrouvez un guide pratique de l’académie de Dijon en cliquant sur l’image
Aider et accompagner les élèves en difficulté de comportement
(DSDEN de Côte d’Or, mai 2014)
https://www.reseau-canope.fr/climatscolaire/uploads/tx_cndpclimatsco/guide_Aider_et_accompagner_les_eleves_en_difficult%C3%A9_de_comportement.pdf

Infos sur la différence entre difficulté et trouble du comportement, des idées de grilles d’observation et de comportement…

Bonne lecture !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s