4 caractéristiques des enfants hypersensibles

Apprendre à éduquer, PAR · 28 NOVEMBRE 2016

caracteristiques-enfants-hyper-sensibles

Dans son livre The highly sensitive child, Elaine N. Aron propose 4 caractéristiques pour identifier les enfants hyper sensibles. Pour elle, les enfants hyper sensibles possèdent ces 4 traits caractéristiques.

Elaine N. Aron désigne ces traits caractéristiques par l’acronyme : D.O.E.S

  • Depth of processing (un traitement profond des informations)
  • being easily Overstimulated (une propension à être facilement sur stimulé.e)
  • being both Emotionally reactive generally, high Empathy in particular (des réactions vives d’un point de vue émotionnel, et en particulier une forte empathie naturelle)
  • being aware of Subtle stimuli (la conscience de stimuli subtiles, faiblement remarqués par d’autres)

1.Un traitement profond des informations

Le traitement en profondeur de toutes sortes d’information peut se traduire par :

  • des questions fréquentes et intenses (pour aller au bout des choses),
  • l’utilisation de mots précis (voire savants),
  • un sens de l’humour développé,
  • des difficultés à prendre des décisions ou à choisir (parce que l’enfant pense et sous pèse toutes les possibilités)
  • un retrait dans des situations nouvelles ou face à de nouvelles personnes (parce que l’enfant a besoin d’observer et de réfléchir avant de s’engager dans l’activité ou dans le groupe).

Elaine N. Aron cite une étude dans laquelle des neuroscientifiques ont fait passer des scanners à une population de personnes hypersensibles et à une population non hypersensible. On leur a demandé de regarder attentivement deux photos différentes pour identifier les différences : il se trouve que les scanners ont montré que les personnes hypersensibles ont une activité cérébrale plus intense dans la zone de perception et de traitement des informations (Jadzia Jagiellowicz).

2.Une propension à être facilement sur stimulé.e

Les personnes hypersensibles sont non seulement plus conscientes de ce qui se passe à l’intérieur (en eux) et à l’extérieur (dans leur environnement proche) mais elles traitent également ce grand nombre d’informations de façon plus intense.

Dans ces conditions, il est normal qu’elles soient plus facilement sur stimulées. Elles remarquent plus de choses que les autres et y pensent souvent, de manière intense.

Les enfants sur stimulés présentent des traits facilement reconnaissables :

  • des « crises » émotionnelles qui nous semblent disproportionnées, inappropriées (à l’occasion d’une bonne journée ou d’une fête par exemple)
  • les difficultés de sommeil
  • des réactions intenses au changement
  • une faible tolérance à la frustration
  • une sensibilité extrême aux bruits (presque physiquement attaqués par des bruits forts)
  • des plaintes face au chaud ou au froid/ des chaussettes qui grattent/ des vêtements humides…
  • un besoin fort de temps calme

Les enfants hypersensibles apprécient peu les fêtes surprises et évitent parfois les soirées, les sports en équipe, les interventions en groupe pour justement éviter les sur stimulations qui les font souffrir.

Il est évident que tous les enfants deviennent excités, agités après des journées chargées en émotions mais le seuil de tolérance au stress est beaucoup plus bas chez les enfants hypersensibles.

Par ailleurs, l’hyper sensibilité ne se résume pas à être dérangé par des bruits ou des odeurs forts, par le désordre ou par une situation nouvelle. L’hyper sensibilité n’est pas synonyme de troubles sensoriels (comme dans les troubles du spectre autistique) mais plutôt d’un traitement sensoriel plus élaboré.

3.Des réactions vives d’un point de vue émotionnel, et en particulier une forte empathie naturelle

Les enfants hyper sensibles font plus attention à tout ce qui se passe autour d’eux et ont par conséquent développé une forte empathie. Cette empathie leur permet de savoir ce que l’autre personne pense et ressent.

La forte réactivité émotionnelle des enfants hyper sensibles se retrouve dans :

  • des pleurs plus fréquents et « faciles » que chez d’autres enfants,
  • la capacité à « lire dans les pensées » des autres (et à détecter leur détresse),
  • un perfectionnisme poussé à l’extrême (et des réactions intenses face à l’erreur ou l’échec),
  • le rejet viscéral de la cruauté et de l’injustice.

Des études ont montré que les personnes hyper sensibles sont plus réactives que les autres à des photos exprimant des émotions, en particulier des émotions plaisantes. Ainsi, Bianca Acevedo a proposé à des personnes hypersensibles et non hypersensibles de regarder des photos de gens. Les personnes hyper sensibles ont eu une activité cérébrale plus intense que les autres dans l’insula, la partie du cerveau associé à la conscience, à la vue de photos de visages exprimant une émotion, comme si elles étaient dans un état de conscience renforcé. Par ailleurs, leurs neurones miroirs se sont plus activés, comme si elles cherchaient à mieux comprendre ce que les gens sur les photos pensaient ou ressentaient.

4.La conscience de stimuli subtiles, faiblement remarqués par d’autres

La forte attention aux sons, aux odeurs, aux détails, aux matières des vêtements, aux postures et mimiques des personnes est typique des personnes hyper sensibles. Cela peut se traduire de plusieurs manières chez les enfants : ils remarquent des changements presque invisibles chez les gens ou dans les endroits (par exemple, quand un meuble a été déplacé), ils refusent d’entrer dans une pièce parce qu’il y a une odeur bizarre, ils sont sensibles aux tons de voix, aux regards, aux expressions corporelles…

Une étude menée en Allemagne consistait à faire deviner à des personnes hypersensibles et non hypersensibles où se cachaient des T retournés parmi des L : les personnes hypersensibles ont été plus rapides et plus performantes.

Une éducation positive et bienveillante d’autant plus importante pour les enfants hypersensibles

Elaine N. Aron écrit que ses recherches l’ont conduite à démontrer que l’enfance des personnes hypersensibles fait une grande différence dans leur vie (encore plus grande que pour les autres personnes).

L’hypersensibilité est corrélée avec une plus grand tendance à la rumination mentale et au stress. Il se trouve qu’au cours de ses recherches, Elaine N. Aron a trouvé que les personnes hypersensibles qui ont eu une enfance malheureuse (selon un questionnaire) avaient plus de chances d’être déprimés, anxieux et timides. Les enfants hypersensibles sont donc plus vulnérables.

Cependant, les personnes hypersensibles qui ont eu une enfance heureuse (selon le même questionnaire) avaient un niveau de bonheur équivalent au reste de la population.

Les enfants hypersensibles gagnent encore plus de bénéfices que les autres à recevoir une éducation bienveillante (de la part de leurs parents et des enseignants qu’ils rencontrent au cours de leur scolarité).

……………………………………………………………………………………………

Source : The highly sensitive child de Elaine N. Aron (éditions Harmony Books).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s