LE COLÈRIMÈTRE : UNE AIDE POUR APAISER LES COLÈRES DES ENFANTS

J | février 15, 2016, blog « Papa positive! »

JE VOUS INVITE À DÉCOUVRIR AUJOURD’HUI UN OUTIL QUI PERMET DE CALMER LA COLÈRE DES ENFANTS. IL CONTRIBUE ÉGALEMENT À DÉVELOPPER PLUS LARGEMENT LA GESTION ÉMOTIONNELLE. JE L’AI APPELÉ LE « COLÉRIMÈTRE »

Pour apprendre à s’en servir, je vous conseille de le présenter dans le cadre d’une activité ludique. En effet, les réflexes mentaux s’acquièrent au calme, lorsque le stress est au plus bas et que l’inconscient peut s’imprégner correctement.

Pour élaborer cet outil, je me suis basé sur mon expérience et mes différentes lectures notamment dans le domaine des neurosciences cognitives et affectives.

Colérimètre-2-2

EXPLICATIONS À DONNER AUX ENFANTS :

Nous allons faire un petit jeu si tu veux bien. Il s’appelle « calme ta colère !« .

  1. Lorsque tu sens la colère monter, attire mon attention en traçant un « c » en l’air avec l’index. Ce sera notre signe secret pour indiquer que tu as besoin de mon aide.
  2. A ce moment-là, je sortirai de mon sac un crayon de couleur et la feuille du colèrimètre. Je te proposerai de colorier le « C » géant jusqu’à la hauteur qui correspond à l’intensité de ton émotion. Ainsi, si tu te sens un peu en colère, tu colorieras le bas du « C » jusqu’à 1,2 ou 3. Ce n’est pas grave si tu dépasses.
  3. Il se peut que ce coloriage te fasse te sentir mieux. Mais si ce n’est pas le cas, le jeu continue. Tu vas pouvoir choisir ta solution pour transformer la colère en calme. D’ailleurs, ces deux mots commencent pas la même lettre !
  4. Choisis une des solutions qui te convient pour te sentir mieux.
2016-01-08 18.21.32
exemple de coloriage pour une colère Niveau 7

DESCRIPTION DES SOLUTIONS :

Les solutions constituent des activités à part entière à pratiquer.

 

  • « Je dis comment je me sens … » :

Apprenez à l’enfant à verbaliser ses émotions au cours de la journée. Aidez-le en lui demandant régulièrement ce qu’il ressent. La verbalisation atténue l’intensité d’une émotion.

 

  • « Je ferme les yeux » :

Le fait de fermer les yeux coupera l’enfant de stimuli visuels. Ceci peut donc lui permettre de se reconnecter avec ses autres sens dans le moment présent. Vous pouvez coupler cette solution avec d’autres choix : penser à un mot qui calme, à la couleur qui apaise,…

 

  • « Je respire profondément » :

La respiration chasse le stress. Amusez-vous à prendre de longues inspirations avec votre enfant et montrez-lui comment son ventre se gonfle et se dégonfle. Un décompte mental jusqu’à 10 est également efficace pour rythmer la respiration.

 

  • « Je pense à mon mot qui calme » :

On peut créer un ancrage positif avec un seul mot comme expliqué dans cette vidéo. L’enfant aura son mot à lui. C’est valorisant pour lui.

  • « Je passe mes mains sous l’eau tiède » :

Cette astuce fait baisser le stress et procure un sentiment de bien-être.

  • « Je demande un câlin » :

Le contact physique déclenche la sécrétion des molécules suivantes

-l’ocytocine

-la dopamine

-des endorphines

-la sérotonine

Ce cocktail magique contribue à notre bien-être.

  • « Je pense à la couleur qui m’apaise » :

Voici un exercice proposé par Lise Bartoli dans « l’art d’apaiser son enfant afin qu’il retrouve force et confiance« et qui permettra d’associer une couleur à un état de sérénité et de bien-être.

Expliquez à votre enfant qu’il a la capacité de se calmer quand il veut en modifiant sa couleur intérieure. Quand il est installé tranquillement, amenez-le à se rappeler un bon moment calme (les vacances, une partie de jeu, une baignade, un câlin comme maintenant, etc.). Dès qu’il commence à revivre ce moment du passé ou à savourer ce moment de détente avec vous dans le présent, encouragez-le à poursuivre. 

• Puis, dites-lui  : «  Il y a une couleur pour tous les moments. Alors je me demande quelle peut être la couleur de tes pensées quand ce sont les moments de calme  ? De quelles couleurs sont tes pensées maintenant  ?  » Dès qu’il vous donne la couleur, confiez-lui  : «  C’est ta couleur du calme, de la tranquillité, des temps tout doux.  » 

• Suggérez alors qu’il a la capacité de remplir ses pensées et son cœur, puis tout son corps, partout où il le désire pour ressentir le calme partout. Ajoutez qu’il peut recommencer à se peindre intérieurement de cette couleur du calme quand il le souhaite, même quand il est en colère, comme un peintre qui modifie la couleur de sa toile comme il veut. Il devient créateur  ! Il veut essayer  ? Alors qu’il se rappelle une colère. Quelle est la couleur de la colère  ? 

• Une fois qu’il l’a trouvée, ajoutez  : «  Maintenant remplace cette couleur par celle du calme et tu vas voir la différence.  » Une fois qu’il a ressenti le changement, félicitez-le, puis conseillez-lui de s’en servir pour changer la couleur de ses émotions  : «  Une partie de toi a bien enregistré cette couleur qui fait du bien. Alors, à chaque fois que tu seras en colère, elle apportera la bonne couleur et tu pourras très vite te sentir bien. 

  • « Je fredonne la musique qui calme » :

Lorsque votre enfant est calme et souriant, testez la diffusion de musiques et demandez-lui de choisir celle qu’il préfère. La répétition et ce choix conscient créeront de l’ancrage positif autour de ce morceau. Par la suite, l’écoute de quelques notes replongera l’enfant dans l’état positif. Il peut même la fredonner, cela aura le même effet.

 

  • « Je bois un verre d’eau » :

Simple et efficace, en plus de répondre à la soif (la déshydratation est une source de stress), ce geste apaise. Lors des tests au calme, insistez sur la limpidité de l’eau et les bienfaits sur notre corps.

 

  • « Je demande un massage » :

Nous retrouvons, via le massage, les bienfaits du contact physique. De plus c’est un moment de complicité. Vous pouvez masser les mains ou encore la nuque.

 

 

DÉCRYPTAGE

D’abord, le signe (le tracé du « C » dans l’air) mis en place entre l’enfant et ses parents est « secret ». Cette caractéristique symbolise de la confiance et de la connivence pour les enfants. De quoi réveiller un sentiment de sécurité. De plus, l’enfant est déjà actif face à sa colère lorsqu’il trace la lettre dans les airs : il fait appel à son imagination et contrôle ses mouvements.

La partie colérimètre est une forme d’art thérapie puisqu’il s’agira de colorier la lettre « C ». Cette activité a des vertus apaisantes et permet de réguler l’amygdale grâce aux fonctions supérieures du cerveau. Le fait de se demander quelle est l’intensité de l’émotion est également une astuce pour diminuer l’affect. En effet, l’enfant raisonne et jauge son ressenti au lieu de céder à la tempête émotionnelle.

La dernière étape est le choix de l’activité libératrice. Il est nécessaire de préparer ses solutions en s’entraînant avec l’enfant afin qu’il en maîtrise tous les aspects et en profite un maximum.

 

J’espère que ce colérimètre vous a plu. N’hésitez pas à partager l’article.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s