Apprendre autrement : Les apports de la pédagogie positive

Blog « Nomadity, Apprendre à apprendre »

Lorsqu’il est question d’apprendre, on pense généralement que tout se passe au niveau de la tête. Il est vrai que le cerveau joue un rôle central dans l’apprentissage. Est-il pour autant le seul élément à prendre en considération ?

Un gros cerveau bien rempli suffit-il pour apprendre ?

Le bien-être et l’épanouissement jouent également un rôle clé dans l’apprentissage.

« On n’apprend pas qu’avec sa tête, on apprend en agissant et en ressentant avec tout son être », tel est le fondement de la pédagogie positive qui propose une approche globale, prenant en considération la tête de l’apprenant mais également son cœur et son corps.Tête, coeur, corps

Comment préparer sa tête à travailler ? (partie 1/3)

1) Comprendre ce qui se passe dans votre tête

Mieux on se connaît, mieux on utilise ses capacités et plus il est facile d’apprendre. Pour vous situer, posez-vous les questions suivantes :

Quand vous cherchez à apprendre,

  • vous construisez-vous des images ou des films ?
  • revoyez-vous dans votre tête la page où vous avez pris des notes ?

Si vous vous reconnaissez dans cette façon de procéder, vous êtes plutôt « visuel ». Vous apprenez mieux avec des images.

  • vous racontez-vous une histoire ?
  • est-ce que vous vous redites vos notes avec vos propres mots ou est-ce que vous entendez la voix du professeur ?

Si tel est le cas, vous êtes plutôt « auditif ou verbal ». Vous apprenez mieux avec des mots ou des sons.

  • avez-vous besoin d’associer des émotions aux mots, de bouger ou de vivre « physiquement » ce que vous apprenez ? de réécrire vos notes ?

Alors, vous êtes plutôt « kinesthésique ». Vous apprenez mieux en ressentant les mouvements, les sensations, les odeurs, les goûts, …

Au terme de ces quelques questions, vous pouvez identifier votre profil d’apprentissage préférentiel et adapter votre stratégie d’apprentissage si nécessaire.

Si vous souhaitez vous soumettre à un questionnaire plus complet, différents tests existent tel que  le questionnaire ISALEM.

Vous souhaitez approfondir certains contenus ? Consultez :

2) Développer l’attention et la concentration

Souvent confondues, elles sont complémentaires et fondamentales pour bien apprendre. Ce sont de grandes consommatrices d’énergie, d’où l’utilité de faire des pauses régulières.

L’attention est la seule porte d’entrée de toutes les informations captées par nos cinq sens. Elle est le passage obligé pour comprendre, réfléchir, imaginer, mémoriser.

Exemple : Je mobilise mon attention si je veux attraper ce que dit l’enseignant.

La concentration isole votre conscience de toutes les distractions inutiles à la tâche entreprise. Elle favorise une utilisation maximale de votre mémoire de travail.

Exemple : Je mobilise ma concentration si je veux réaliser un exercice jusqu’au bout.

Vous éprouvez le besoin de vous recentrer avant d’étudier ?

  • MandalaColoriez un mandala

Cette activité ludique vous permet de retrouver vos capacités d’attention et de concentration.

  • Faites l’exercice de l’axe de symétrie

En Axe de symétrieposition debout ou assise, fermez les yeux. Imaginez une ligne qui partage votre corps en deux parties quasiment identiques. Cette ligne commence au sommet de votre tête, glisse le long de votre nez, passe par votre menton, le long du cou, passe au milieu de votre poitrine, descend vers votre nombril et ensuite jusqu’au sol vers un point situé entre vos deux pieds.

Maintenant que cette ligne imaginaire est tracée, vous allez remonter doucement le long de cette ligne en sens inverse pour retourner en haut de la tête. Vous sentez les deux parties de votre corps se rassembler autour de votre axe.

Exercice proposé dans le livre « Apprendre autrement avec la pédagogie positive ».

Les articles suivants peuvent également vous intéresser :

3) Faire de la place dans votre tête et vous mettre en projet

Pour pouvoir entrer dans les apprentissages, il est nécessaire de se préparer à accueillir les informations. Toute agitation mentale doit momentanément être mise de côté pour permettre une réceptivité optimale.

Pour vous motiver, formulez un ou plusieurs objectifs de travail en veillant à ce qu’ils soient positifs, précis, clairs, concrets, réalisables.

Après votre journée d’école, lorsque vous vous préparez à travailler à la maison, formulez vos objectifs :

  •  Je lis mon cours une première fois et je souligne les mots clés qui permettent de réaliser une synthèse sous forme de Mind Map.
  • Je corrige mon interrogation de Mathématique et analyse mes erreurs afin de progresser.
  • Je relis et complète mes notes d’Histoire pour poser des questions au professeur demain.

« Nul vent n’est bon pour le bateau qui quitte le port sans destination ». Sénèque

Envie d’aller plus loin ?  Voici d’autres articles :

Vous disposez maintenant d’outils permettant de mieux vous connaître et vous préparer sur le plan cognitif.

Le prochain article sera consacré au rôle des émotions dans l’apprentissage. Dans le cadre de l’approche Tête, Cœur, Corps préconisée par la pédagogie positive, vous découvrirez comment préparer votre cœur à travailler.

Article Sarah Racquet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s