L’enfant autonome

19 décembre 2014

Cet article est publié dans le cadre de notre dossier sur les 6 profils d’enfants surdoués. Rejoignez-nous la page Facebook d’Enfants précoces Info pour être tenu au courant de la parution des prochains articles de ce dossier dès qu’ils seront publiés.

L’enfant autonome semble réunir en lui tous les éléments nécessaires pour assurer sa réussite et lui permettre de devenir un adulte apprécié et épanoui. Cependant, quelques précautions doivent être prises pour asseoir durablement ses atouts et que son démarrage en fanfare dans la vie ne débouche pas finalement sur un atterrissage douloureux.

Jade Ann RiveraL’ensemble de ce dossier a été inspiré par le site de Jade Ann Rivera. Il est basé sur son travail, mais aussi sur l’article de référence rédigé par George Betts et Maureen Neihart, paru en 1988 dans le Gifted Child Quarterly, journal de la NAGC ( National Association for Gifted Children, aux Etats-Unis) et d’autres sources ultérieures, agrémentées de mon expérience personnelle et localisées pour tenir compte des spécificités du système scolaire français.

Un profil plutôt rare

Peu d’enfants surdoués présentent à un âge très précoce les caractéristiques propres au profil de l’enfant autonome et cela même si les parents bien informés peuvent avoir quelques soupçons avant même l’entrée à l’école.

Comme l’enfant brillant, l’enfant autonome a appris progressivement à travailler efficacement dans le système scolaire. Cependant, à la différence de celui-ci, qui s’efforce comme nous l’avons vu d’en faire aussi peu que possible tout en obtenant des résultats satisfaisants, l’enfant autonome a compris comment utiliser l’école pour se créer de nouvelles opportunités personnelles. Il ne travaille pas avant tout pour satisfaire ses parents ou les enseignants, il fait vraiment fonctionner le système à son avantage. Il est souvent autodidacte et capable de s’approprier facilement tous les sujets qui l’intéressent.

L’enfant autonome a une image de soi très positive. Ses besoins sont satisfaits, il réussit, fait l’objet de l’attention et du soutien de ses pairs, de ses parents et de ses éducateurs qui apprécient ses réalisations et sa personnalité. Il manifeste une forte capacité à diriger et à prendre l’ascendant au sein d’un groupe, que ce soit à l’école ou en-dehors, par exemple dans les activités de loisir ou sportives. Une bonne représentation de ce type d’enfant serait l’élève performant que ses camarades choisissent comme délégué de classe. Dans une comédie américaine, ce serait l’étudiant simultanément très doué en mathématiques, capitaine de l’équipe de foot et président de sa fraternité étudiante. Autant dire que ces enfants représentent une très faible minorité des élèves surdoués scolarisés.

Un enfant brillant qui serait résilient

L’enfant autonome est indépendant et capable de concevoir ses propres objectifs éducatifs et personnels. Il a une très grande confiance en lui et n’hésite pas à prendre des risques car il a l’impression d’être maître de son destin. Grâce à son fort sentiment de pouvoir personnel, il se rend compte très tôt qu’il peut opérer de grands changements dans sa vie sans attendre le soutien des autres. Il exprime ses sentiments, ses objectifs et ses besoins librement et de manière appropriée.

De la même manière, l’enfant autonome n’est pas quelqu’un qui accepte passivement les vérités officielles. Il sait utiliser son discernement pour accepter pleinement ou au contraire rejeter totalement une idée extérieure dont il aura cependant pris la peine d’étudier la validité. En associant ses larges connaissances à un esprit critique bien développé, il s’engage sans peine et sans crainte sur la voie de l’érudition.

La principale différence entre l’enfant autonome et l’enfant brillant réside dans leurs réactions respectives face à l’adversité et à l’échec. L’enfant autonome prend un coup, l’encaisse puis se relève et se remet en selle avec aplomb. Moins résilient, l’enfant brillant aura beaucoup plus de mal. Il cherchera des excuses futiles pour justifier le fait qu’il est incapable de repartir de l’avant et d’essayer de surmonter son échec.

Attention, rien n’est définitivement acquis

Face à un enfant surdoué autonome, beaucoup de gens vont penser que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes et qu’une radieuse vie d’adulte lui ouvre ses bras. Malheureusement, les choses ne sont pas si simples. Il ne faut pas perdre de vue que le fait de présenter tel ou tel profil étant enfant n’est pas définitivement acquis et que l’hypersensibilité des surdoués leur fait toujours courir des risques. C’est la raison pour laquelle l’enfant autonome a besoin de votre aide afin d’asseoir plus solidement ses perspectives d’accomplissement personnel.

En effet, si l’enfant autonome a  appris à gérer avec succès les différents aspects de sa propre personnalité, il n’a pas toujours le pouvoir réel de tirer le meilleur parti de son environnement. Par exemple, il ne peut pas décider lui-même qu’il est temps d’accélérer son cursus scolaire, il ne peut pas se rendre seul dans une bibliothèque éloignée de chez lui ou s’inscrire librement à une activité extrascolaire qui l’intéresse.

Lorsqu’il se rend compte à plusieurs reprises qu’il n’a pas réellement toute l’autonomie ou toute l’emprise nécessaire sur son environnement pour satisfaire ses besoins, il peut devenir déprimé, aigri, rebelle ou cynique. C’est pourquoi il a besoin de vous, surtout avant l’adolescence. Il est nécessaire que vous le souteniez pour qu’il puisse élargir ses connaissances. L’enfant autonome sait comment il fonctionne et cela l’aide à apprendre. C’est sans doute l’un des atouts majeurs que peut posséder un individu mais il ne peut le faire tout seul. Vous devez lui donner les outils pour nourrir son autonomie au long cours et faire en sorte que, jamais, il ne se retrouve dans une impasse, avec un savoir-faire énorme mais pas les matériaux à sa disposition pour le mettre en œuvre efficacement.

Comment aider son enfant à demeurer durablement autonome ?

Pour que sa personnalité puisse continuer à se développer harmonieusement, il est impératif de lui proposer des  opportunités en rapport avec ses passions. Il est également recommandé de favoriser les rencontres, y compris avec les adultes ou des enfants plus âgés, qui lui permettront d’enrichir ses connaissances et ses apprentissages. Il est généralement bénéfique de le faire participer aux projets parentaux, auxquels il apportera avec bonheur sa créativité et son enthousiasme naturel.

Ce qu’il faut vraiment retenir en tant que parent ou qu’éducateur, c’est que l’enfant autonome ne doit pas être livré totalement à lui-même parce qu’autonome. L’idéal est de nourrir son autonomie en lui laissant largement la bride sur le cou. Dans ces conditions, il a toutes les chances de devenir un adulte confiant, extrêmement bien intégré socialement et apprécié de ses pairs, ce que tout parent responsable souhaite pour son enfant.

Rejoignez le groupe thématique L’enfant autonome si vous souhaitez échanger vos expériences, poser vos questions ou tout simplement discuter sur ce sujet avec d’autres membres d’Enfants Précoces Info.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s