Admission Post Bac : les conseils pour mieux s’y retrouver

Le Journal des Femmes, Article mis à jour le 10/03/17

La plateforme APB semble souvent compliquée pour les lycéens qui doivent choisir leurs études supérieures. Les conseils de Wally Bordas, journaliste spécialisé dans l’enseignement secondaire.

© Elizaveta Vladimerovna Koifman -123 RF

La procédure Admission Post Bac vise à simplifier les démarches administratives des élèves de terminale, lors de leur inscription dans des établissements de l’enseignement supérieur. Mais les lycéens, dont certains ne savent pas encore vers quelles études se tourner, doivent s’y prendre en début d’année, en suivant un calendrier bien précis. Pour mieux comprendre le fonctionnement de cette plateforme, Wally Bordas, journaliste Diplomeo spécialisé dans l’orientation et l’enseignement secondaire, nous livre ses conseils.

Les étapes de la procédure. Les étudiants ont jusqu’au 20 mars 2017 pour s’inscrire sur le site www.admission-postbac.fr et formuler leurs vœux (BTS, Prépa, université, licence…) qu’il faudra ensuite confirmer définitivement d’ici le 2 avril. « C’est le moment de se renseigner sur les formations, le taux de poursuite des études, etc« , conseille Wally Bordas. Chacun a la possibilité de saisir au total 24 vœux, qui peuvent être répartis dans plusieurs formations, sans dépasser 12 vœux par formation : « on peut par exemple choisir 12 BTS communication », explique-t-il. Vient ensuite la phase du classement des vœux (jusqu’au 31 mai 2017). Il est ici conseillé de positionner en premier ses formations préférées, puis de constituer son dossier électronique (lettre de motivation ou de recommandation, curriculum vitae…) qu’il suffira de joindre en ligne. Après consultation des dossiers, les candidats obtiennent leurs premières réponses dès le 8 juin. Trois phases d’admission sont ainsi proposées jusqu’au 14 juillet« Lors de la première phase d’admission, si le lycéen reçoit une réponse positive et qu’il l’accepte, il valide alors son inscription. Si la réponse est négative ou qu’il la refuse, il participera à la seconde phase, voire à la dernière« . Pour autant, tous les élèves n’obtiennent pas forcément de réponse et se retrouvent sans aucune formation à moins de deux mois de la rentrée scolaire. La procédure complémentaire leur permet alors de se réinscrire, jusqu’au 25 septembre. « Il s’agit d’un dernier recours pour les étudiants, puisque les formations qui ont encore de la place ouvrent de nouveau les candidatures. Mais le plus souvent, il ne reste plus de place dans les formations sélectives telles que les BTS, DUT, écoles de commerce, Prépa… (où les candidats ayant les meilleurs dossiers sont retenus) », précise Wally Bordas.

Comment mettre toutes les chances de son côté ? Désormais, les étudiants ont l’obligation de choisir au moins une formation universitaire, pour être sûrs d’être pris après obtention du baccalauréat. « Il y a 24 choix possible, autant saisir 24 formations, plutôt que deux ou trois écoles pour se donner plus de chances. » Par ailleurs, on distingue trois types de formations : les formations non sélectives (licences, universités dans lesquelles les places ne manquent pas), les formations sélectives, et enfin, les formations dites « en tension ». Celles-ci sont tellement demandées que les candidats sont tirés au sort. Il s’agit des filières en droit, en médecine, en psychologie ou les licences de Staps.

Que se passe-t-il si on ne saisit pas ses vœux à temps ? Il faut savoir que la plateforme APB n’est pas obligatoire pour s’inscrire dans un établissement scolaire. D’ailleurs, toutes les formations ne figurent pas sur le site. Certaines écoles privées ou de commerce recrutent directement leurs étudiants. Par ailleurs, « si un élève dépasse la date limite du 2 avril (date de confirmation des vœux d’orientation), il pourra toujours participer à la procédure complémentaire, s’il reste des places« . Néanmoins, Wally Bordas recommande tout de même de s’inscrire sur la plateforme APB, même si l’on cherche ailleurs, directement auprès des écoles. Aussi, « beaucoup d’écoles proposent des rentrées décalées, en janvier ou février« , rassure-t-il. Ainsi, si un élève n’a pas encore trouvé sa formation à la rentrée, il pourra toujours en intégrer une en cours d’année (c’est notamment le cas de certaines écoles de commerce).

Mon ado a du mal à choisir sa formation, comment l’aider ? Il est indispensable de bien se renseigner sur les différentes formations, notamment « auprès des sites internet de l’école ou de l’université, ou de sites spécialisés dans l’orientation, avec la possibilité de contacter des étudiants via des forums en ligne. « Les journées portes ouvertes sont par ailleurs un bon moyen de rencontrer d’autres étudiants dans leur cadre de vie« , précise le spécialiste. Et de rappeler qu’à 17 ans, la plupart des jeunes n’ont pas encore la maturité pour trouver leur voie. Les ados ne doivent donc pas hésiter à demander conseil à un adulte : aux parents ou à un responsable de leur établissement scolaire. En effet, le dialogue est essentiel pour réfléchir ensemble à la formation qui lui correspondra le mieux. « Il s’agit de demander à son ado quelles sont ses passions, ce qui lui plaît… sans pour autant l’influencer, ni le pousser à choisir un métier que l’on aimerait qu’il fasse« , prévient Wally Bordas.

Lire aussi

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s