Quand l’exclusion scolaire touche l’enfant à haut potentiel

logo-2018-2

Le site belge BX1  illustre un article sur l’exclusion scolaire et le soutien apporté par les associations de parents avec le cas de Sami, un adolescent à haut potentiel menacé de renvoi pour son comportement perturbateur, typique de l’enfant provocateur.

Les parents du jeune garçon ont déposé un recours contre le renvoi de leur fils, non légalement motivé selon eux.

Le motif ? « Perturbe le cours », « rigole sans arrêt », « refuse de travailler ». Des critères qui à eux seuls ne justifient pas un renvoi définitif aux yeux du décret du 24 juillet 1997, définissant les missions prioritaires de l’enseignement : « Un élève régulièrement inscrit dans un établissement de la Communauté française ne peut en être exclu définitivement que si les faits dont l’élève s’est rendu coupable portent atteinte à l’intégrité physique, psychologique ou morale d’un membre du personnel ou d’un élève, compromettent l’organisation ou la bonne marche de l’établissement ou lui font subir un préjudice matériel ou moral grave ».

Durant la période d’étude du recours, Sami n’est plus autorisé à être scolarisé dans son école.  De de fait, il a pris du retard dans ses cours, ce qui a eu pour conséquence d’augmenter le risque de décrochage scolaire, malgré des résultats qui, jusque là étaient plutôt satisfaisants.

En deuxième secondaire, équivalent de la quatrième en France, Sami a été testé par le centre Psycho-Médico-Social de son établissement.

À la suite de plusieurs entretiens, on remarque chez lui qu’il ne supporte pas l’injustice et qu’il possède une forme de sensibilité exacerbée. Le centre PMS conseille alors à ses parents de lui faire passer des tests, afin de déterminer si Sami n’est pas un haut potentiel. « Souvent, je parle parce que je m’ennuie. Je finis mes exercices puis, dès que je n’ai plus rien à faire, je parle avec mes camarades. Mais je ne parle jamais exprès pour déranger le cours ».

Le résultat tombe quelques semaines plus tard : « Le bilan qualitatif démontre que Sami a un fonctionnement de jeune à haut potentiel. (…) Il indique très clairement des zones à haut potentiel, notamment dans le langage. Sami aurait intérêt à prendre en compte ses besoins spécifiques : besoin d’intensité, besoin de complexité et de sens afin de vivre pleinement son potentiel », conclut Relaxeau, un centre pluridisciplinaire de dépistage et d’accompagnement des personnes à haut potentiel.

Au-delà des aspects juridiques relatifs à l’exclusion scolaire, cet article vient utilement nous rappeler combien il est important que les besoins spécifiques des enfants surdoués soient pris en compte, tant à la maison qu’à l’école. Il a aussi l’avantage de mettre l’accent sur un type de comportement qui, lorsqu’il est le fait d’enfants intelligents et vifs, doit alerter au moins autant que celui d’enfants trop calmes, qui s’ennuient et rêvent en classe pour passer le temps.

Si votre enfant est dans ce cas, je vous conseille de lire notre article et nos conseil relatifs au profil de l’enfant provocateur.

 

Voici l’article  sur BX1 - Médias de Bruxelles

Le désespoir des familles face au poids de l’exclusion scolaire : une association tente de les épauler

Le désespoir des familles face au poids de l'exclusion scolaire : une association tente de les épauler

L’exclusion scolaire touche de plus en plus d’étudiants, qui sont aussi de plus en plus jeunes. Cette situation d’exclusion ne touche pas seulement l’élève, elle bouscule le quotidien de toute une famille. Pour Jasmine*, le renvoi de son fils a été vécu difficilement. Son fils de 14 ans, Sami*, est actuellement en plein recours face à son renvoi.

Le motif ? « Perturbe le cours », « rigole sans arrêt », « refuse de travailler ». Des critères qui à eux seuls ne justifient pas un renvoi définitif aux yeux du décret du 24 juillet 1997, définissant les missions prioritaires de l’enseignement : « Un élève régulièrement inscrit dans un établissement de la Communauté française ne peut en être exclu définitivement que si les faits dont l’élève s’est rendu coupable portent atteinte à l’intégrité physique, psychologique ou morale d’un membre du personnel ou d’un élève, compromettent l’organisation ou la bonne marche de l’établissement ou lui font subir un préjudice matériel ou moral grave ».

Pour Christelle Trifaux, directrice du service Droit des Jeunes, le cas de figure de Sami est loin d’être unique : « Sur l’année scolaire 2016-2017, les écoles lancent dans 72% des cas une procédure de renvoi sur base de motifs qui sont totalement arbitraires. Notre but est de nous assurer que les droits de l’enfant ont été respectés. Nous vérifions avec l’enfant ou les parents que la loi a bien été respectée et si les motifs du renvoi nous semblent insuffisants, nous entamons avec eux une procédure de recours ».

Ces services sociaux, qui assurent une aide sociale et juridique, sont souvent une bouée de sauvetage pour les jeunes ou leurs parents, pas toujours au courant de leurs droits et des possibilités qu’ils ont face au renvoi de leur enfant. « Clairement, la majorité des parents ne comprennent pas les règles. Ils sont désemparés et ne savent pas ce qui est possible de faire d’un point de vue juridique », confirme Christelle Triffaux.

Lettre de renvoi

Le désespoir des familles face au poids de l'exclusion scolaire : une association tente de les épauler

La période du recours est alors un moment compliqué pour les familles. Dans cette période d’incertitude, Sami n’a plus été autorisé à être scolarisé dans son école. Une situation qui l’a mené à prendre du retard dans les cours, augmentant de surcroît le risque de décrochage scolaire. « J’ai surtout peur de ne pas pouvoir être prêt pour mes examens ».

S’en suit alors une véritable guerre entre la famille et la direction de l’école. Accumulation de rendez-vous, difficultés pour la famille d’obtenir des documents administratifs voire même refus de l’école de fournir le dossier disciplinaire de l’élève. Ce dossier est pourtant primordial car il recense les faits commis par l’élève et il doit légalement être remis à l’élève ou à ses parents lors de l’audition qui suit la demande de renvoi. « On ne savait même pas précisément ce que l’on reprochait à Sami », confie Jasmine, visiblement épuisée par toutes ces démarches administratives. Aujourd’hui, la famille envisage de prendre un avocat.

« Au début de l’année, nous étions une quinzaine en classe. Aujourd’hui, ils ne sont plus que huit. Nous sommes sept élèves de la même classe à avoir été renvoyés », détaille Sami. Sa mère explique quant à elle qu’elle a le sentiment que la direction de l’école « fait le ménage», en prétextant n’importe quel motif pour se débarrasser d’élèves dont elle ne veut plus.

Motifs d’exclusion invoqués par les établissements scolaires

  • Coups et blessures (élèves/professeurs)
  • Atteinte psychologique
  • Compromettre la bonne marche de l’établissement
  • Autre

Haut potentiel mais exclu

En deuxième secondaire, le centre PMS (Psycho-Médico-Social) de l’établissement scolaire de Sami a été interpellé par son cas. À la suite de plusieurs entretiens, on remarque chez lui qu’il ne supporte pas l’injustice et qu’il possède une forme de sensibilité exacerbée. Le centre PMS conseille alors à ses parents de lui faire passer des tests, afin de déterminer si Sami n’est pas un haut potentiel. « Souvent, je parle parce que je m’ennuie. Je finis mes exercices puis, dès que je n’ai plus rien à faire, je parle avec mes camarades. Mais je ne parle jamais exprès pour déranger le cours ».

Le résultat tombe quelques semaines plus tard : « Le bilan qualitatif démontre que Sami a un fonctionnement de jeune à haut potentiel. (…) Il indique très clairement des zones à haut potentiel, notamment dans le langage. Sami aurait intérêt à prendre en compte ses besoins spécifiques : besoin d’intensité, besoin de complexité et de sens afin de vivre pleinement son potentiel », conclut Relaxeau, un centre pluridisciplinaire de dépistage et d’accompagnement des personnes à haut potentiel.

Mais alors comment un jeune de 14 ans, qui est haut potentiel et qui tourne autour de 65% de moyenne peut être renvoyé définitivement pour du « bavardage » ? C’est en effet illégal selon le SDJ, qui est donc venu soutenir le cas de Sami auprès de son école, en introduisant un recours devant la Ministre de l’Enseignement : « 67% des recours ont plus de deux mois de retard par rapport aux délais théorique. Cela peut notamment devenir très problématique lorsque l’exclusion a eu lieu vers la période des vacances de Pâques. Il devient alors très difficile pour nous d’obliger l’école à réintégrer le jeune avant la fin de l’année scolaire. Ce qui condamne l’élève à devoir repasser son année ».

Le 19 avril dernier, le recours de Sami a été jugé recevable et fondé par la Ministre. Mais là encore, rien n’est simple. L’école de Sami a décidé de ne pas respecter cette décision. Légalement, cet avis de la Ministre n’est pas contraignant, mais ce n’est pas pour autant qu’il peut être complètement ignoré ! À force d’insistance, la famille de Sami a fini par obtenir gain de cause et à forcer la réintégration de leur enfant dans l’établissement, afin qu’il puisse y terminer son année scolaire « et après, on le change directement de cette école ! », confie Jasmine.

Recours déposé par la famille

Le désespoir des familles face au poids de l'exclusion scolaire : une association tente de les épauler

Car être réintégré de force dans une école qui ne veut plus de vous n’est pas chose facile. Sami témoigne : « Je suis isolé dans une classe, tout seul. On me donne des choses à faire mais c’est tout. L’autre jour en mathématiques, je faisais des exercices jusqu’au moment où je ne comprenais pas quelque chose.  J’ai demandé au prof de math une explication. Il m’a répondu qu’il ne pouvait pas m’aider, que c’était une classe pour se mettre en ordre ». Une mise à l’écart qui ne peut qu’être préjudiciable sur le long terme pour l’élève, qui semble livré à lui-même pour cette fin d’année, alors qu’il a déjà accumulé plusieurs semaines de retard sur le programme. « Moi je m’en fiche d’être seul, cela me permet même d’avancer plus rapidement. Mais si les professeurs ne veulent pas m’aider, alors autant retourner dans ma classe, non ? », confie Sami.

Un cercle vicieux

Si l’on regarde les chiffres, on peut établir un lien presque direct entre la réussite scolaire et les taux d’exclusion. « Les élèves exclus ont plus de risques que les autres à l’être de nouveau », explique Jacques Vandermest, directeur de l’administration générale de l’enseignement.  Les chiffres de l’administration confirment également un rajeunissement des élèves exclus : « cela date d’il y a une dizaine d’années, mais c’est le nombre d’exclusion d’enfants plus jeunes qui explique aussi l’augmentation du nombre total d’exclusions ». Du côté de la SDJ, on a recensé neuf exclusions en primaire (6-11 ans) et seize exclusions dans le premier cycle du secondaire (11-14 ans) sur l’ensemble de l’année scolaire 2016-2017.

15 ans : l’âge critique

2023 exclusions scolaires
1372 refus de réinscription (moyenne en hausse sur les 10 dernières années)
84 % de garçons exclus
15 ans : Taux d’exclusion le plus important

« Dans la majorité des cas, nous sommes contactés par les familles après la décision de renvoi. Nous sommes alors obligés d’introduire un recours. Nous sommes évidemment plus efficaces lorsque nous pouvons dialoguer avec la direction de l’école et trouver une solution avec eux », explique Christelle Trifaux. « C’est également plus facile quand on se présente aux côtés d’une association. On sait que l’on ne pourra pas nous raconter n’importe quoi », conclut Jasmine.

* Pour des raisons de confidentialité, les noms des protagonistes ont été modifiés.

Thomas Destreille – Photos : Belga/Siska Gremmelprez – D.R./BX1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s